Covid-19 : vers une fermeture des écoles ? La recommandation du Conseil scientifique

Covid-19 : vers une fermeture des écoles ? La recommandation du Conseil scientifique©Panoramic

, publié le mercredi 13 janvier 2021 à 09h30

Pour le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy, "les données anglaises ne sont pas suffisamment claires pour recommander de fermer les écoles en France".

Nouveau Conseil de défense sanitaire ce mercredi 13 janvier, à la veille d'une nouvelle prise de parole du gouvernement. Alors que de nouvelles restrictions sont attendues, les parents sont nombreux à s'inquiéter quant à une nouvelle fermeture des écoles.

Il faut dire que la France redoute une recrudescence des cas de contamination, et ce, d'autant plus que le variant britannique du Covid-19, qui se transmettrait plus facilement, est arrivé sur le territoire national.

Mais selon le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy, qui s'est exprimé ce mercredi matin au micro de franceinfo, "les données anglaises ne sont pas suffisamment claires pour recommander de fermer les écoles en France". Il réclame toutefois des "mesures de surveillance beaucoup plus strictes". Il souhaite une "ouverture sous surveillance" et "dès le premier cas de contamination au variant anglais, nous devons fermer la classe".



Le président du Conseil scientifique préconise également de mettre en place "une surveillance de type dépistage, non pas massif, mais ciblé au niveau des écoles et des enseignants pour se rendre compte au fur et à mesure du pourcentage de ce que représente le variant anglais dans les écoles". S'il est l'objet de la plus grande attention, ce variant anglais "n'est pas plus grave chez les enfants", souligne-t-il.

En ce qui concerne les universités, le Conseil scientifique a recommandé au gouvernement "une attention particulière parce que le retentissement sociétal et psychique chez nos jeunes étudiants est un problème majeur, qui est aussi sanitaire. Le niveau d'anxiété et le niveau de dépression, en particulier chez les étudiants en première année qui n'ont pas eu de contact avec leurs camarades est un problème majeur. Il faut tout faire pour qu'on puisse reprendre en présentiel une partie de l'activité des étudiants de l'enseignement supérieur pour le deuxième semestre de l'année universitaire". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.