Covid-19 : vers l'ouverture de la vaccination aux mineurs, comme aux Etats-Unis ?

Covid-19 : vers l'ouverture de la vaccination aux mineurs, comme aux Etats-Unis ?
Un adolescent de 12 ans se fait vacciner aux Etats-Unis.

publié le vendredi 14 mai 2021 à 10h15

Plusieurs voix s'élèvent pour plaider l'ouverture de la vaccination aux mineurs, actuellement réservée au plus de 18 ans.

La campagne vaccinale contre le Covid-19 bat son plein. En France, 19.269.311 personnes ont reçu au moins une injection et 8.544.122 personnes ont reçu deux injections (soit 12,8% de la population totale et 16,3% de la population majeure), selon les chiffres publiés dans la soirée du jeudi 13 mai.


Plusieurs voix s'élèvent pour plaider l'ouverture de la vaccination aux mineurs, actuellement réservée au plus de 18 ans.

Parmi elles, celles du professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Bichat, directeur de l'ANRS Maladies infectieuses émergentes et membre du Conseil scientifique.

Celui-ci estime qu'il faut "probablement" vacciner les enfants. On ne les a pas vaccinés au départ "parce qu'ils étaient les moins à risque. Mais ils jouent un rôle dans la transmission, donc on les vaccine pour les autres", a-t-il précisé.

"Mais on n'avait pas assez de données, car les études étaient faites surtout chez les adultes, qui étaient plus à risque. Là, il commence à y avoir des études chez les enfants, et s'il n'y a pas de problème, notamment de tolérance de ces vaccins, je pense qu'à l'automne, au moment de la réouverture des écoles, il faut l'envisager - en fonction des données qu'on aura", a continué le professeur Yazdan Yazdanpanah.

"L'effet altruiste"

Sur l'antenne de BFMTV/RMC jeudi 13 mai, le professeur Rémi Salomon, président de la Commission Médicale d'Établissement de l'AP-HP, s'est également déclaré favorable à la vaccination des plus jeunes.

"On suivra les recommandations de la Haute Autorité de Santé, pour le moment en France, elle n'a pas encore donné d'avis sur la question. Aux Etats-Unis, dans d'autres pays au Canada, à partir de 12 ans, on peut vacciner, et c'est recommandé", a-t-il plaidé.

"Les enfants font très peu de formes graves de la maladie. Souvent, ils sont asymptomatiques, mais ils sont porteurs et ils transmettent, selon l'âge : assez peu, quand on est en âge de l'école primaire, mais quand on est par contre à l'âge du collège et du lycée, on on transmet nettement plus", a continué le professeur Rémi Salomon.

Puis de conclure : "C'est moins pour protéger les enfants, qui ont un risque très, très faible de faire une maladie sérieuse, grave, mais c'est pour protéger les autres. C'est ce qu'on appelle l'effet altruiste."

Les adolescents se vaccinent aux Etats-Unis

Les adolescents âgés de 12 à 15 ans ont pu commencer à se faire vacciner contre le Covid-19 partout aux Etats-Unis dès jeudi, après l'extension plus tôt cette semaine de l'autorisation du vaccin de Pfizer/BioNTech pour cette tranche d'âge, qui représente 17 millions de personnes dans le pays.

"C'est un nouveau pas de géant dans notre lutte contre la pandémie", a déclaré mercredi le président américain Joe Biden, en encourageant les parents à faire vacciner leur progéniture.

L'Agence américaine des médicaments (FDA) avait donné son autorisation lundi après avoir étudié les données d'essais cliniques sur environ 2.000 jeunes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.