Covid-19 : vaccination étendue, confinement le week-end, pass sanitaire... Les idées de l'exécutif pour éviter un nouveau confinement généralisé

Covid-19 : vaccination étendue, confinement le week-end, pass sanitaire... Les idées de l'exécutif pour éviter un nouveau confinement généralisé
Jean Castex, Emmanuel Macron et Olivier Véran, le 12 novembre 2020 à l'Élysée.

, publié le mercredi 03 mars 2021 à 06h30

REPÈRES. Ce mercredi 3 mars, un nouveau Conseil de défense doit trancher sur d'éventuelles restrictions à appliquer aux 20 départements en surveillance renforcée.

Il sera suivi d'une autre réunion, mercredi ou jeudi, autour d'Emmanuel Macron et Jean Castex également, pour étudier les différentes pistes de réouverture des lieux publics. 




L'exécutif reste sur sa ligne d'éviter un reconfinement national, malgré de possibles nouveaux tours de vis en fin de semaine dans les zones où l'épidémie galope. 

Accélérer la vaccination 

Le gouvernement étend au maximum la vaccination contre le Covid-19. Deux millions et demi de personnes supplémentaires vont ainsi y être éligibles, avec l'élargissement des critères pour bénéficier du vaccin AstraZeneca, après des résultats encourageants d'études menées en Grande-Bretagne.



Jusqu'ici réservé aux professionnels de santé et aux deux millions de personnes de 50 à 64 ans atteintes d'une comorbidités (diabète, hypertension, antécédents de cancer...), ce vaccin un temps considéré avec méfiance va désormais être proposé aux 65-75 ans présentant ces mêmes pathologies. Une décision annoncée lundi au 20 heures de France 2 par le ministre de la Santé Olivier Véran, conformément à un avis de la Haute Autorité de santé (HAS) rendu public mardi. La HAS recommande aussi que tous les vaccins puissent être administrés par les pharmaciens, les infirmiers et les sage-femmes, en plus des médecins; ainsi qu'un élargissement des publics considérés comme prioritaires. "Rien que sur le mois de mars, nous comptons proposer une première vaccination à 6 millions de Français", a précisé lundi Olivier Véran, ce qui "fera 9 millions au total depuis le début".

L'exécutif mise sur cette accélération pour "tenir" les "quatre à six semaines" évoquées lundi par Emmanuel Macron comme horizon d'un éventuel assouplissement. "On espère que la campagne de vaccination aura suffisamment d'effets pour commencer à alléger les restrictions. En attendant il faut continuer à tenir", a ainsi souligné le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, mardi sur CNews. "Il y a une lumière au bout du tunnel avec la vaccination, autour d'avril-mai, car on aura vacciné beaucoup de personnes vulnérables", a-t-il poursuivi. 

Appliquer des mesures localisées... 

Suivant sa nouvelle stratégie de réponses différenciées à l'épidémie, le gouvernement a déjà instauré des confinements localisés le week-end sur tout le littoral des Alpes-Maritimes et pour la communauté urbaine de Dunkerque, touchés par la progression des variants plus contagieux du virus. 

Il a également placé 20 départements, qui couvrent notamment Paris, Lyon et Marseille, sous surveillance accrue, avec la possibilité d'y prendre les mêmes mesures.

... Sans forcément confiner le week-end

Le Premier ministre appelle à regarder quatre indicateurs : le taux d'incidence, la part des variants, la trajectoire d'accélération et le remplissage des lits en réanimation. L'idée est d'observer la trajectoire sur un mois, par département, de garder des mesures localisées et de tout faire pour éviter un reconfinement national, souligne-t-on de source proche de l'exécutif. 

À moins d'une flambée, il existe d'autres solutions que le confinement le week-end dans ces 20 départements, ajoute cette source. Comme abaisser la jauge des commerces - par exemple fermer les plus de 5.000 m2 ou de 10.000 m2, contre les plus de 20.000 m2 actuellement -, ou encore interdire des endroits très fréquentés comme les quais ou les "rues de la soif". 

Pass sanitaire, QR code 

Le chef de l'État doit réunir cette semaine à l'Élysée le Premier ministre et les ministres concernés pour étudier les différentes pistes de réouverture des lieux publics, dont le "pass sanitaire" évoqué la semaine dernière par Emmanuel Macron. 

L'exécutif compte étudier les outils d'anticipation et les modalités que pourrait comporter un tel "pass sanitaire", comme les QR codes à utiliser dans des lieux publics, les protocoles expérimentaux pour les événements culturels et sportifs ou les restaurants, afin d'être prêt lorsque la réouverture sera possible. 

Tant que le vaccin en sera pas accessible à tous, "la vaccination ne soit pas être le sésame unique pour toute la société ou sinon on crée une société à deux vitesses très injuste", a estimé ce week-end le secrétaire d'État aux Affaires européennes Clément Beaune. "Sinon que dirions nous aux jeunes de moins de 18 ans, qui n'auront pas accès avant l'été à la vaccination ?".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.