Covid-19 : une "troisième vague" est-elle inéluctable?

Covid-19 : une "troisième vague" est-elle inéluctable?
101 patients ont été admis au cours des dernières 24 heures (illustration)

, publié le lundi 07 décembre 2020 à 10h55

Après les signaux positifs du mois de novembre, le compteur des contaminations repart à la hausse. Les fêtes de fin d'année font planer le spectre d'une résurgence de l'épidémie.

La France a enregistré 11.022 nouveaux cas de contamination par le coronavirus en 24 heures, largement au-dessus de l'objectif des 5.000 cas fixé par le gouvernement pour lever les mesures de confinement le 15 décembre, selon les données officielles publiées dimanche 6 décembre.

Pour l'infectiologue Odile Launay, membre du Haut-Conseil pour la santé publique, "on a de fortes chances d'avoir une troisième vague" de Covid-19 en France.

Invitée de RMC-BFMTV lundi 7 décembre, la spécialiste en pathologies infectieuses estime que l'arrivée du vaccin risque de ne pas empêcher cette troisième vague, parce qu'on va avoir des doses trop limitées au départ". "Ca dépend de la façon dont les Français vont respecter les consignes qui leur sont données", ajoute t-elle.

Au cours de la semaine écoulée, le nombre de nouveaux tests positifs quotidiens (tests PCR virologiques et tests antigéniques rapides) a fluctué entre 4.005 et 14.064, la moyenne s'établissant à 10.500 par jour. Dimanche, le taux de positivité était à 10,7%, inchangé depuis trois jours, après plusieurs semaines de repli. Le taux se situait à quelque 20% il y a un mois. Le nombre de patients en réanimation a lui continué à refluer, à 3.210 contre 3.220 la veille, selon les données de Santé publique France. 101 patients ont été admis au cours des dernières 24 heures dans ces services qui prennent en charge les patients atteints des formes les plus graves de la maladie, contre 125 samedi.

Tenir les objectifs? "Compliqué voire même impossible"

Le second critère établi par l'exécutif pour mettre fin aux restrictions de déplacement est que le nombre de patients en réanimation soit ramené à une fourchette comprise entre 2.500 et 3.000. "On a des objectifs (à atteindre) pour le 15 décembre, pour le déconfinement. On est un peu inquiet", a commenté dimanche l'infectiologue Karine Lacombe.


"Pas tellement pour le nombre de personnes en réanimation: on pense que d'ici le 15 décembre on sera en-dessous des 3.000", a-t-elle déclaré. "En revanche, l'objectif du nombre de contaminations en dessous de 5.000 (par jour: ndlr), ça va être compliqué voire même impossible, puisqu'on voit même qu'on a une légère augmentation qui se confirme ces derniers jours".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.