Covid-19 : "Une nette dégradation de la situation", alertent les autorités sanitaires

Covid-19 : "Une nette dégradation de la situation", alertent les autorités sanitaires
L'hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, le 1è juillet 2020.

, publié le mercredi 09 septembre 2020 à 07h35

Plus de 6.500 cas nouveaux de Covid-19 ont été comptabilisés en France au cours des dernières 24 heures, selon les données de la Direction générale de la Santé (DGS) et 39 personnes sont mortes dans les hôpitaux.




Entre lundi et mardi 8 septembre, 6.544 cas nouveaux de Covid-19 ont été comptabilisés en France, selon les données de la Direction générale de la santé (DGS).  Ce chiffre est en hausse par rapport à lundi (4.203 nouveaux cas comptabilisés), mais en baisse par rapport aux jours trois précédents (entre 7.000 et 9.000 cas quotidiens).

Quatre-vingt-onze nouveaux foyers de contamination ont été détectés, en hausse par rapport à la veille (58 nouveaux foyers).

Le taux de positivité (part des cas positifs, au sein de l'ensemble des personnes testées sur 7 jours), de 5,2%, poursuit sa croissance progressive. 

Trente-neuf personnes sont décédées dans les hôpitaux, où le bilan atteint 20.289 morts, complète le site de l'agence sanitaire Santé publique France (SpF). Dans les Ehpad et autres établissements sociaux et médico-sociaux, le bilan s'élève à 10.475 morts, selon le dernier bilan communiqué ce mardi par la DGS. Au total, 30.764 personnes sont décédées depuis le début de l'épidémie en France.

Le nombre de patients entrant en réanimation a augmenté, avec 86 personnes hospitalisées dans les dernières 24 heures, 83 la veille, alors qu'ils étaient une cinquantaine par jour la semaine dernière. Plus de 71 départements sont classés en situation de vulnérabilité modérée ou élevée, selon SpF.

"En France métropolitaine, l'ensemble des indicateurs de suivi de l'épidémie démontrent une nette dégradation de la situation avec un impact sanitaire croissant", souligne la DGS qui rappelle la nécessité de respecter les gestes barrières.

"Nous sommes sur une évolution qui est plus lente mais qui doit nous alerter", avait de son côté prévenu samedi dernier le ministre de la Santé Olivier Véran. L'hospitalisation et l'admission en réanimation n'est que le reflet de la situation épidémique d'il y a deux semaines et donc il est évident que dans les quinze prochains jours, il y a aura une augmentation, pas massive mais une augmentation quand même, du nombre de cas graves", avait-il expliqué sur BFMTV.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.