Covid-19 : une large majorité des députés prêts à se faire vacciner

Covid-19 : une large majorité des députés prêts à se faire vacciner
L'Assemblée nationale, le 12 janvier 2020.

, publié le jeudi 14 janvier 2021 à 12h52

Sur les 310 députés interrogés par Le Parisien, seuls quatre ont répondu qu'ils ne voulaient pas "être vaccinés demain si cela était possible", et trois ont refusé de se prononcer.

Alors que la campagne de vaccination prend un nouveau tournant, avec l'ouverture à la vaccination des plus de 75 ans hors Ehpad dès lundi 18 janvier, les Français se révèlent de moins en moins méfiants, 47% d'entre ayant désormais l'intention de se faire vacciner, selon un sondage Elabe publié mercredi. Une part en hausse (+9 points en une semaine), mais largement inférieure à celle des députés français, qui selon l'enquête du s'élève à ... 98,7% !

Le quotidien a en effet demandé à 310 députés de tous bords politiques, soit 54% de l'hémicycle composé de 577 élus, s'il voulait être "vacciné demain, si cela été possible". Seulement quatre d'entre eux ont répondu non.

Il s'agit de Martine Wonner, élue du Bas-Rhin en 2017 sous l'étiquette de La République en marche (LREM), avant d'en être exclue en mai 2020, qui s'est notamment illustrée pour avoir soutenu le traitement préconisé par Didier Raoult à l'hydroxychloroquine et par sa participation au documentaire conspirationniste Hold-Up. Elle juge en effet que le vaccin à ARN messager "a été fabriqué extrêmement rapidement" et craint "les effets secondaires". Sa collègue du groupe Libertés et territoires et également ex-LREM Jennifer de Temmerman, élue du Nord, s'y oppose également. Amélia Lakrafi (LREM), élue des Français de l'étranger, assure de son côté attendre un vaccin qui "prémunisse du risque de contamination d'autrui". Quant au Républicain Julien Aubert, il refuse "le Pfizer ou tout autre vaccin qui nécessite une chaîne du froid avec des congélateurs spéciaux".

Trois parlementaires n'ont par ailleurs pas souhaité se prononcer, dont le porte-parole du Rassemblement national Sébastien Chenu. Les députés Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) et Joachim Son-Forget eux disent "ni oui, ni non".

Se faire vacciner en public ou pas ?

Si les députés plébiscitent la vaccination, ils sont néanmoins très peu à l'avoir fait, excepté la dizaine de professionnels de santé de plus de 50 ans qui continuent d'exercer et qui peuvent se faire vacciner depuis la fin de la semaine dernière. Les huit députés qui ont plus de 75 ans doivent encore attendre jusqu'au lundi 18 janvier. Et pour cause : "Les députés ne doivent bénéficier d'aucun passe-droit", martèle Christophe Castaner, président du groupe LREM.

Alors que certains dirigeants étrangers, comme le président américain élue Joe Biden et sa vice-présidente Kamala Harris ou encore le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, ou encore des médécins stars français se sont fait vacciner en public, l a question se pose pour les politiques français. La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse a notamment appelé le Premier ministre Jean Castex à se faire vacciner devant les caméras pour "donner l'exemple". Un avis partagé par l'élue du MoDem Isabelle Florennes, selon qui "on doit montrer l'exemple à notre population" ou encore le Républicain Eric Woerth, pour qui "la vaccination des élus a valeur d'exemple".

"Dans n'importe quelle crise, les députés doivent être en première ligne. Mais je ne veux pas que mon geste paraisse une évangélisation", assure au contraire Jean Lassalle. "Je ne veux convaincre ni conseiller personne de se faire vacciner. Je ne suis pas médecin. Je ne connais pas les effets secondaires possibles", insiste le député des Pyrénées-Atlantiques.

"La défiance des Français envers les politiques est si forte que je doute que me faire vacciner convainque beaucoup de monde...", estime de son côté Cendra Mottin (LREM). "Les hésitations de l'Etat au démarrage ont créé plus de doute que de confiance... Au niveau local, nous pouvons rassurer les Français", rétorque quant à elle Agnès Firmin Le Bodo, députée Agir du Havre et pharmacienne de 52 ans, qui s'est fait vacciner en début de semaine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.