Covid-19 : un troisième confinement "inéluctable" pour le maire de Nancy

Covid-19 : un troisième confinement "inéluctable" pour le maire de Nancy
Le passage des panoramas à Paris le 8 novembre 2020, lors du second confinement.

, publié le lundi 28 décembre 2020 à 12h55

Avec des chiffres alarmants dans plusieurs villes de France, les conséquences des fêtes de fin d'année qui pourraient aggraver la situation, une troisième confinement semble désormais probable. Le maire de Nancy le juge même inéluctable au vu de la situation dans sa ville.

Un troisième confinement peut-il être encore évité ? Scientifiques et politiques semblent d'accord sur le bien-fondé d'un reconfinement alors que le ministre de la Santé Olivier Véran ne l'a pas exclu dans une interview au JDD dimanche 27 décembre. Le maire (PS) de Nancy, Mathieu Klein, a jugé lundi "inéluctable" un reconfinement local face au rebond de l'épidémie de Covid-19 dans le Grand Est, appelant aussi à "accélérer" la campagne de vaccination dans les régions les plus touchées. "Je pense que la perspective du reconfinement est une perspective aujourd'hui inéluctable", a déclaré lundi 28 décembre sur Franceinfo le maire de Nancy Mathieu Klein.



"Dans les régions les plus touchées aujourd'hui, il serait nécessaire que la vaccination soit présente le plus vite possible et accélère", a-t-il également prôné. "Ici dans le Grand Est, et particulièrement en Lorraine et à Nancy (...) la circulation du virus s'est accélérée fortement depuis quinze jours, trois semaines", a fait valoir le maire de Nancy. 

"Le Covid est entré à l'hôpital"

"Très inquiet", celui-ci a évoqué une situation "très tendue" à l'hôpital avant même les réveillons de Noël et du Nouvel an. "En quinze jours, à l'hôpital de Nancy, nous sommes passés de 117 à 163 patients hospitalisés pour le Covid", ceux-ci occupant désormais "la moitié des lits de réanimation", a-t-il précisé. "Le Covid est entré à l'hôpital, des clusters existent", a souligné Mathieu Klein. "Nous attendons qu'une situation se dégrade pour prendre des mesures alors que nous pourrions faire preuve de plus d'anticipation", a-t-il déploré. Il avait déjà lancé un appel similaire la semaine dernière, tout comme le maire (LR) de Reims Arnaud Robinet.

"La situation n'est vraiment pas bonne"

Sur Franceinfo toujours, l'épidémiologiste Catherine Hill juge aussi qu'il faudra "probablement" recourir à un troisième confinement. "Le nombre de morts, d'arrivées à l'hôpital et en réanimation est parfaitement constant depuis des semaines et des semaines. Avec les vacances, les déplacements, la situation va plutôt augmenter que baisser. La situation n'est vraiment pas bonne", a estimé la scientifique.



"Le virus circule partout dans le pays. Un peu plus à Nice aujourd'hui. Un peu plus en Auvergne-Rhône-Alpes hier, un peu plus dans le Grand Est au début. Cela varie, mais ce n'est pas le problème important. L'important c'est que le virus circule partout et qu'on n'arrive pas à contrôler cette épidémie". Catherine Hill se montre toutefois optimiste grâce à l'arrivée du vaccin. "Enfin une bonne nouvelle !"

"Le confinement doit être la dernière extrémité"

Dimanche, alors que l'exécutif se prépare à de nouvelles mesures avec un nouveau conseil de défense mardi, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a appelé à "ne pas banaliser le confinement". Le confinement "doit être la dernière extrémité pour mettre fin à une situation incontrôlable, et non une simple hypothèse parmi d'autres", estime la CPME dans un communiqué. "Un grand nombre d'entreprises vivent actuellement sous perfusion. Leur taux d'endettement a explosé et cela ne sera pas sans effet, qu'on le veuille ou non", prévient l'organisation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.