Covid-19 : un troisième confinement est-il vraiment déjà prévu par le gouvernement ?

Covid-19 : un troisième confinement est-il vraiment déjà prévu par le gouvernement ?
Le Premier ministre Jean Castex visite un hôpital à Brest.

, publié le vendredi 20 novembre 2020 à 17h10

Une prétendue note officielle, circulant sur les réseaux sociaux, affirme que "le Conseil de Défense (a) statué pour un troisième confinement au 12/03/2021". Il s'agit d'un faux, assure la Direction générale de la sécurité civile.

Alors qu'Emmanuel Macron prendra la parole mardi 24 novembre et qu'un allègement du confinement de cet automne est au planning, le gouvernement prévoit-il d'ores et déjà un troisième confinement au 12 mars 2021 ? La rumeur est relayée sur les réseaux sociaux, prétendus documents officiels à l'appui. La Direction générale de la sécurité civile a assuré à l'AFP mardi 17 novembre qu'il s'agissait d'un "faux".


La note "ne correspond pas à la charte graphique des documents de la sécurité civile", et "les thématiques abordées ne sont pas du ressort de la Direction générale de la sécurité civile", a-t-on indiqué.

Dans la prétendue note, datée du 10 novembre, on pouvait notamment lire : "Le Conseil de Défense ayant statué pour un troisième confinement au 12/03/2021, un climat contestataire ne saurait être admis avant le déconfinement du printemps 2021, sans quoi la campagne de vaccination massive ne pourra sucsiter (sic) un consentement populaire." Ce document est donc bel et bien un faux.

Une prise de parole du président mardi

Emmanuel Macron s'adressera aux Français mardi prochain à 20h, il annoncera une adaptation des règles du confinement mis en place pour endiguer l'épidémie de Covid-19. Cette allocution télévisée interviendra une semaine avant l'échéance du 1er décembre, fixée par le chef de l'Etat lorsqu'il avait annoncé le reconfinement national le 28 octobre.

Le pic épidémique de la 2e vague de Covid-19 a sans doute été franchi, a indiqué vendredi Santé publique France (SpF), en faisant état d'une baisse des cas de contamination, des hospitalisations et des décès durant la semaine dernière.

Le Premier ministre Jean Castex a pour sa part affirmé que le pays était "sur la bonne voie" avec une amélioration des indicateurs sanitaires permettant d'envisager une réouverture des petits commerces "autour du 1er décembre".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.