Covid-19 : un nouveau variant potentiellement plus transmissible surveillé de près en France

Covid-19 : un nouveau variant potentiellement plus transmissible surveillé de près en France
(Photo d'illustration)

, publié le mardi 30 mars 2021 à 22h13

Surnommé "Henri-Mondor", du nom de l'hôpital francilien où il a été identifié fin janvier, ce nouveau variant a essaimé un peu partout en France et pourrait rendre le virus plus transmissible ou réduire sa sensibilité à la vaccination.

Après le variant anglais, sud-africain, new-yorkais ou encore breton, un nouveau variant est sous surveillance en France. Dans une lettre publiée mardi 31 mars par la revue spécialisée américaine Emerging Infectious Deseases, les professeurs Jean-Michel Pawlotsky, Slim Fourati et Christophe Rodriguez qualifient le "HMN.19B variant" ou "variant Henri-Mondor", du nom de l'hôpital de Créteil (Val-de-Marne) où il a été identifié et dans lequel travaillent les trois médecins, de "variant d'intérêt".




Il a été identifié en janvier dernier dans cet hôpital de l'Assistance-Publique Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Il était présent au sein "d'un cluster constitué de trois professionnels hospitaliers et du conjoint de l'un d'entre eux" et ayant eu une forme légère de Covid-19, a expliqué l'AP-HP. Dans les quatre semaines qui ont suivi sa découverte, il a ensuite été trouvé "chez 29 patients d'origines géographiques diverses", en Île-de-France, dans le Sud-Est et le Sud-Ouest. Dans l'enquête Flash 4 du 2 mars 2021, il représentait 1,8% des souches séquencées sur le territoire national.

Plus transmissible et moins efficace face aux vaccins ?


Cet hôpital de l'AP-HP, qui gère à Créteil l'une des quatre plateformes nationales du séquençage du SARS CoV-2, a observé, grâce au séquençage du génome entier, 18 mutations dont 7 ou 8 sur la protéine S (spike) du virus. Cette pointe ou spicule à la surface du virus lui permet de s'attacher au récepteur ACE2 des cellules humaines pour les pénétrer et joue ainsi un rôle clé dans l'infection virale.

Parmi ces mutations, les auteurs relèvent notamment les mutations en position 501 (N501Y) et 452 (L452R) qui améliorent l'interaction de la protéine Spike avec le récepteur ACE-2, ce qui pourrait permettre une meilleure transmissibilité de ce variant. Les mutations 452 et 655 (H655Y) seraient susceptibles de réduire la sensibilité du virus à l'effet de la vaccination anti-Covid. Des travaux sont en cours à l'hôpital Henri-Mondor sur l'éventuelle capacité de résistance au vaccin de ce variant, et pour déterminer s'il faut réellement des concentrations plus élevées d'anticorps pour le neutraliser.

En dessous des "variants préoccupants" comme les variants anglais, sud-africain ou brésilien, qui aggravent l'épidémie et la rendent plus difficile à contrôler, se situent les "variants d'intérêt" ou" variants à suivre", dont les caractéristiques génétiques potentiellement problématiques justifient une surveillance. Le variant d'Henri-Mondor, dénommé "19B/501Y (lignage A.27), est classé en variant à suivre (VOI)", précise Santé publique France. Son potentiel épidémiologique (progression ou régression face aux autres variants) est surveillé de près.  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.