Covid-19 : succès de la vaccination en Corse, ils sont 18% à avoir reçu au moins une injection

Covid-19 : succès de la vaccination en Corse, ils sont 18% à avoir reçu au moins une injection©Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP

publié le dimanche 04 avril 2021 à 16h59

Au micro de Franceinfo ce dimanche 4 avril, Philippe Mortel de l'ARS corse, a reconnu que "la Corse est moins touchée par l'épidémie".

Alors que la campagne de vaccination est souvent jugée trop lente en France, la Corse fait figure de bonne élève. Selon les derniers chiffres de Santé publique France, plus de 9 millions de personnes ont reçu une première dose de vaccin, ce qui représente plus de 13% de la population nationale. En Corse, vendredi 2 avril, ils étaient déjà 18% à avoir eu au moins une injection.


Pour Philippe Mortel, directeur de cabinet de l'Agence régionale de santé corse, ce succès s'explique par l'anticipation "dès fin 2020", notamment grâce aux élus et professionnels qui ont "réactivé les listes de personnes prioritaires", a-t-il analysé auprès de Franceinfo ce dimanche 4 avril.

Selon lui, il y a eu "une mobilisation incroyable sur l'île". "Les acteurs de santé, les centres hospitaliers publics privés, le secteur libéral, les élus, les maires se sont extrêmement mobilisés, ainsi que les présidents de communautés de communes et puis les pompiers, la Croix-Rouge, les médecins du travail", a continué Philippe Mortel.

La vaccination élargie dès le 16 avril

Le directeur de cabinet de l'ARS corse a néanmoins reconnu, toujours auprès de Franceinfo que "la Corse est moins touchée par l'épidémie, puisque nous avons un taux d'incidence et un taux de positivité qui est environ trois fois moins important que sur le continent". Puis de rappeler que "la Corse est fragile (...) 55 000 personnes ont plus de 70 ans et on sait que ces personnes sont les plus fragiles."


Dans son allocution télévisée le 31 mars, le président Emmanuel Macron avait annoncé que la vaccination serait élargie, dans toute la France, à toutes les personnes âgées de plus de 60 ans le 16 avril, puis à toutes celles de plus de 50 ans le 15 mai.

Il avait aussi parlé d'une "stratégie spécifique" pour "toutes les professions les plus exposées", en particulier les enseignants.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.