Covid-19 : sans vaccination, "la quatrième vague aurait pu être la pire", selon Olivier Véran

Covid-19 : sans vaccination, "la quatrième vague aurait pu être la pire", selon Olivier Véran©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

publié le jeudi 26 août 2021 à 19h20

"Le doute (autour de la vaccination contre le Covid-19) aura tué. Parfois le doute tue encore, y compris en métropole", a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran ce jeudi 26 août en conférence de presse.

"Nous avons évité le pire." En conférence de presse ce jeudi 26 août, le ministre de la Santé Olivier Véran a à nouveau fait la promotion de la vaccination dans la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Après s'être félicité que la barre des 48 millions de vaccinés a été franchie ce jeudi, il s'est adressé à ceux qui craignent et refusent encore de se faire vacciner, notamment dans les Antilles.



"Une partie conséquente de la population des Antilles françaises doute du vaccin, de son efficacité, et considère parfois qu'il existe d'autres moyens de lutter contre le virus, à tort", a-t-il fait savoir.

"Les réticences sont en train de reculer et la vaccination progresse. Je suis convaincu que nous y arriverons. Mais le doute aura tué. Parfois le doute tue encore, y compris en métropole", a continué le ministre.

"La peur du virus oui, la peur du vaccin non", a-t-il martelé.

"Non, il n'y a pas de complot mondial"

Olivier Véran a également démenti quelques "fausses informations" qui circulent parmi les plus défiants face au vaccin. "Non, le vaccin à ARN messager ne modifie pas le génome humain. Il ne peut même pas rentrer dans le noyau de la cellule - ces noyaux sont des sortes de citadelles imprenables. L'ARN messager est détruit en quelques heures, le temps de faire produire hors du noyau, par nos cellules, les anti-corps contre le virus. Non les vaccins à ARN messager ne perturbent en aucun cas la fertilité des femmes. (...) Non, évidemment, il n'y a pas des milliers de morts, pas plus qu'il n'y aurait de complot mondial", a-t-il énuméré.

Puis d'ajouter : "Les femmes enceintes doivent se vacciner pour se protéger et protéger leur bébé."

"Je le dis et l'affirme devant vous, si nous n'avions pas pu compter sur un vaccin, si nous n'avions pas mené une vaste campagne de vaccination de toute la population vaccinale (âgée de 12 ans et plus), la quatrième vague aurait pu être la pire des vagues que nous ayons connues", s'est-il alarmé.

"Nos hôpitaux auraient pu être débordés à en quelques semaines, nous contraignant à un nouveau confinement au coeur de l'été", a estimé le ministre de la Santé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.