Covid-19 : quels départements vont rester en "surveillance renforcée" ?

Covid-19 : quels départements vont rester en "surveillance renforcée" ?
Paris le 14 novembre 2020.

, publié le jeudi 04 mars 2021 à 11h10

La semaine dernière Jean Castex a placé 20 départements en "surveillance renforcée", dont tous ceux de l'Île-de-France. Selon BFMTV, cette liste devrait évoluer jeudi soir : certains vont y entrer, d'autres en sortir. 

Une semaine après avoir placé en sursis 20 départements, le gouvernement doit annoncer de nouvelles mesures restrictives pour faire face à une reprise de l'épidémie de Covid-19 jeudi 4 mars. Si Paris et sa région et Marseille devraient échapper au confinement le week-end, ce n'est pas le cas du Pas-de-Calais. Ce qui n'empêchera néanmoins pas de nouvelles restrictions.  




La liste des 20 départements placés la semaine dernière en "surveillance renforcée" pourrait par ailleurs évoluer, souligne BFMTV. En effet, les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, la Drôme, l'Eure-et-Loir, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, le Nord, l'Oise, le Pas-de-Calais, le Rhône, Paris, la Seine-et-Marne, les Yvelines, la Somme, le Var, l'Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et le Val-d'Oise étaient en alerte en raison d'un "niveau d'incidence élevé, autour de 250 cas pour 100.000 habitants, d'une part de variant supérieure à 50%, d'une pression hospitalière proche du seuil critique et d'une circulation virale qui commence à s'accélérer sérieusement", selon le chef du gouvernement.




Si ces critères restent maintenus, l'Aisne, les Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes, ou encore l'Aube, dont le taux d'incidence a franchi cette semaine le seuil de 250/100.000, pourraient être concernés. A l'inverse, la Drôme, l'Eure-et-Loir, la Meurthe-et-Moselle, et le Rhône ont désormais un taux d'incidence inférieur à 250. 

En Moselle, la situation sanitaire est par ailleurs "en voie d'amélioration", a déclaré mardi le préfet, Laurent Touvet. "La situation est stabilisée à un niveau haut, avec quelques signes encourageants. Notre taux d'incidence (...) a connu un pic il y a une semaine à 315 pour 100.000 habitants et depuis une semaine, ce taux a baissé : il était (lundi) soir de 284", a-t-il précisé. Il s'agit d'une "baisse lente mais continue", a-t-il souligné.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.