Covid-19 : que va annoncer Jean Castex, alors que "la situation épidémique se dégrade" en France ?

Covid-19 : que va annoncer Jean Castex, alors que "la situation épidémique se dégrade" en France ?
Jean Castex et Olivier Véran, le 3 février à l'Élysée.

, publié le jeudi 25 février 2021 à 11h00

Le Premier ministre tient une conférence de presse ce jeudi à 18h00, alors que des confinements le week-end ont été annoncés cette semaine dans les Alpes-Maritimes et à Dunkerque. La situation "est très préoccupante dans une dizaine de départements", a averti le porte-parole du gouvernement mercredi. 

L'exécutif prépare les esprits à d'éventuelles nouvelles restrictions.

"La situation épidémique se dégrade dans notre pays", a déclaré le ministre de la Santé, Olivier Véran, qui s'est rendu mercredi 24 février à Dunkerque, en proie à une flambée de l'épidémie attisée par le variant britannique. L'agglomération sera soumise dès cette fin de semaine à un confinement local pendant les week-ends, du vendredi soir au lundi matin. 




Le taux d'incidence s'y affiche à un niveau record - 900 cas pour 100.000 habitants lundi sur les sept derniers jours -, plus de quatre fois supérieur à la moyenne nationale (205). Dans cette agglomération de 250.000 habitants, dont "un sur cent tombe malade chaque semaine", les déplacements le week-end ne seront possibles que pour certains motifs, et les dix plus grands centres commerciaux ne fonctionneront plus qu'en "cliquez-emportez", a précisé le ministre de la Santé. La région va également bénéficier d'une dotation supplémentaire de 16.700 doses de vaccins.

Vigilance en Île-de-France 

"À l'image de ce qui a été décidé et mis en place dans le département des Alpes-Maritimes le week-end dernier", les commerces autres qu'alimentaires resteront par ailleurs fermés. À Nice, cinquième ville de France, et sur presque tout le littoral du département, les habitants vont devoir vivre les deux prochains week-ends (27-28 février, 6-7 mars), derniers des vacances scolaires, sous la contrainte d'un confinement qui s'ajoutera au couvre-feu à 18h00 en place la semaine. Seules les sorties d'une heure seront autorisées dans un rayon de 5 km, avec une attestation pour se rendre chez le médecin, faire du sport ou se promener.




La vigilance est aussi de mise en Île-de-France : le taux d'incidence y est de 277 cas pour 100.000 habitants. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a indiqué mercredi, à l'issue du Conseil des ministres, que la situation "est très préoccupante dans une dizaine de départements". Cela "impose des mesures rapides et fortes", a-t-il précisé. "Tous nos efforts doivent se poursuivre" pour "éviter d'avoir à décider d'un nouveau confinement national", a-t-il encore indiqué. Il n'y a "évidemment" pas de "certitude que nous y parviendrons", mais "si nous considérions qu'il fallait aujourd'hui un confinement, nous aurions décidé d'un confinement". Depuis le début de l'épidémie, le Covid-19 a fait plus de 85.300 décès en France, selon les derniers chiffres des autorités de santé.

Le nombre de cas au plus haut depuis novembre 

Mercredi, les chiffres des hospitalisations et des patients en réanimation étaient stables, à un niveau élevé, tandis que le nombre des cas positifs répertoriés a atteint un plus haut depuis mi-novembre, selon les données publiées par Santé publique France. L'organisme rapporte 31.519 cas positifs. Le taux de positivité (pourcentage de personnes positives au Covid-19 sur l'ensemble des personnes qui se sont fait tester) est en revanche stable par rapport à la veille, à 6,5%. Une semaine auparavant, le taux était à 5,9%. 




Les hôpitaux comptent 25.614 patients malades du Covid-19, contre 25.660 mardi. Sur les dernières 24 heures, 1.636 personnes ont été hospitalisées, contre 1.780 la veille. Du côté des services de réanimation, qui accueillent les cas les plus graves, ils comptaient mercredi 3.436 patients, contre 3.435 la veille. 319 patients ont été transférés en "réa" ces dernières 24 heures, contre 345 la veille. Sur les sept derniers jours, 9.450 personnes ont été hospitalisées, dont 1.809 admises en service de réanimation. 278 patients sont décédés (314 mardi), portant le nombre total de morts causées par l'épidémie en France à 85.347. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.