Covid-19 : pour Valérie Pécresse, les infirmières scolaires doivent pratiquer des tests sur les lycéens

Covid-19 : pour Valérie Pécresse, les infirmières scolaires doivent pratiquer des tests sur les lycéens
Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France.

, publié le dimanche 08 novembre 2020 à 19h00

Pour lutter contre la pandémie de Covid-19, Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France, a affirmé, ce dimanche 8 novembre, souhaiter que les infirmières scolaires puissent pratiquer des tests sur les élèves dans les lycées.

Les voix sont nombreuses à s'élever, au sein des établissements scolaires, à réclamer un protocole sanitaire permettant de freiner l'épidémie de Covid-19. Sur les réseaux sociaux, les photos abondent témoignant des cantines, couloirs et salles de classes bondés.


Pour lutter contre la pandémie au sein des écoles, Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France a affirmé souhaiter que les infirmières scolaires pratiquent des tests sur les lycéens, face au Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, ce dimanche 8 novembre.

"On sait que le virus circule parmi les adolescents. Oui, je demande à l'éducation nationale de mettre en place très rapidement un protocole. Nous avons acheté 100.000 tests, nous sommes prêts à les distribuer aux infirmières scolaires. Dès qu'un élève, qu'un professeur aura mal à la tête, un rhume, un symptôme, on pourra savoir si c'est le virus ou pas. Et cela, sur autorisation parentale, bien évidemment", a-t-elle précisé.

Puis de lancer un appel aux syndicats : "Il faut que nous acceptions tous de ne pas faire uniquement ce qui est dans nos compétences. Il faut l'accepter dans l'intérêt général."

"Il fallait massivement tester"

Valérie Pécresse a également chargé le gouvernement dans sa gestion de la crise sanitaire. "En voulant tout faire tout seul, l'Etat a été, sur certains points, défaillant. Il y a trois défaillances qui sont assez manifestes. D'abord, on n'a pas tiré les leçons du premier confinement, il y avait des injustices - par exemple, les grandes surfaces qui restaient ouvertes alors que les petits commerces étaient fermés. On n'a pas suffisamment, cet été, anticipé les besoins de l'hôpital dans cette deuxième vague. Il y a un certain nombre d'idées qu'on peut mettre sur la table pour soulager les hôpitaux. Enfin, on a échoué, entre septembre et octobre, dans la stratégie tester, tracer, isoler. Il fallait massivement tester", a déploré la présidente de la région Île-de-France.



Vendredi 6 novembre, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a estimé que le nombre de cas de Covid-19 parmi les élèves et les professeurs était "maîtrisé" en France. Il a également exclu d'opter pour l'enseignement à distance au collège pour lutter contre l'épidémie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.