Covid-19 : "Pas de mesures supplémentaires envisagées à ce stade" dans les écoles, assure Jean-Michel Blanquer

Covid-19 : "Pas de mesures supplémentaires envisagées à ce stade" dans les écoles, assure Jean-Michel Blanquer
Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale.

, publié le dimanche 04 octobre 2020 à 17h57

Alors que le gouvernement s'apprêterait à annoncer de nouvelles restrictions à Paris, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, a assuré ce dimanche 4 octobre sur BFMTV qu'il n'y avait "pas de mesures supplémentaires envisagées à ce stade" dans les écoles.

Ce dimanche 4 octobre, le gouvernement devrait annoncer la fermeture dès la semaine prochaine des bars à Paris, afin de tenter de freiner la progression de l'épidémie de Covid-19. Les indicateurs sont toujours inquiétants dans la capitale.

Vendredi, le taux d'incidence dépassait toujours la barre des 250 pour 100.000 habitants à Paris - l'un des trois critères pour basculer en zone d'alerte maximale - se situant à 264, contre 261 jeudi.



Doit-on s'attendre à un tour de vis dans les écoles également ? Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer s'est vu plutôt rassurant, au micro de BFMTV ce dimanche. "Il faut attendre le moment prévu pour que les informations soient données. S'agissant des écoles, il n'y a pas de mesures supplémentaires qui sont envisagées à ce stade", a-t-il livré. Puis de mettre en garde : "Ca pourrait arriver, ce sont des sujets que nous regardons heure par heure et jour par jour."

Le ministre semble néanmoins confiant. "Récemment, ce que nous avons eu de la part du Haut conseil de la santé publique, c'est plutôt des éléments assez rassurants sur la non contamination des enfants, notamment des plus jeunes, les uns avec les autres. C'est ce qui nous a permis d'alléger le protocole sanitaire, c'est ce qui nous permet aujourd'hui d'être un des pays au monde qui a su le plus faire revenir les enfants à l'école et avoir un fonctionnement le plus normal possible des écoles, des collèges et des lycées. C'est un élément de satisfaction pour nous. C'est grâce à cela que le droit à l'éducation de chacun de nos enfants est, quand même, préservé dans la période actuelle, qui est pourtant une période difficile", a assuré Jean-Michel Blanquer.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.