Covid-19 : "On ne peut pas écarter" un confinement, estime le Pr Fontanet

Covid-19 : "On ne peut pas écarter" un confinement, estime le Pr Fontanet
La bonne couverture vaccinale et les mesures barrières n'ont "pas suffi" à protéger la France, selon le professeur Fontanet.

publié le mercredi 24 novembre 2021 à 09h18

"La mesure n'est pas sur la table", promet le ministère de la Santé, qui indique toutefois ne fermer aucune porte.

C'est un retour à la situation de l'été : mardi 23 novembre, la France a enregistré plus de 30.000 nouveaux cas de covid-19, un chiffre du même ordre que ceux du mois d'août. La nouvelle vague qui touche l'Europe et la France, est "fulgurante", a prévenu le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Et le gouvernement cherche les solutions pour faire face, en ménageant les hôpitaux, l'activité économique et les réfractaires aux mesures sanitaires. Un Conseil de défense sanitaire se tient mercredi à l'Élysée, avant le Conseil des ministres, et de nouvelles mesures pourraient être annoncées pour contenir l'épidémie.

Les Français pensaient en être définitivement débarrassés, mais l'option d'un confinement n'est pas totalement impossible. C'est d'ailleurs la solution choisie par l'Autriche pour faire face à la flambée. Et en France ? "On pensait qu'on en aurait plus besoin, mais compte tenu de ce qui se passe chez nos voisins proches, on ne peut pas l'écarter", a estimé le professeur Arnaud Fontanet dans Le Parisien.

S'il envisage ce reconfinement, c'est que la 5e vague déferle sur le pays à grande vitesse. "Elle nous cueille par surprise, admet le professeur, membre du Conseil scientifique. Nous sommes très étonnés par la brutalité de cette vague." La bonne couverture vaccinale et les mesures barrières n'ont "pas suffi" à protéger la France, selon lui.


"Rien ne peut être exclu", abonde dans Le Parisien le professeur Gilles Pialoux, le chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Tenon à Paris.

Si l'exécutif ne se ferme aucune porte, le confinement n'est pour le moment pas étudié. "La mesure n'est pas sur la table, indique le ministère de la Santé, cité par le quotidien local. Mais dire qu'on écarte, par principe, le confinement, serait faire preuve de légèreté, voire d'inconscience face à l'avenir de l'épidémie."


Dans son bilan quotidien, l'agence sanitaire a indiqué que 30.454 nouveaux cas ont été recensés ce mardi. Mardi dernier, les nouvelles contaminations s'élevaient à 19.778. Le taux de positivité des tests et le taux d'incidence sont également en hausse : le premier se monte désormais à 4,9% et le second dépasse les 190 cas pour 100.000 habitants.

Par ailleurs, 8.525 malades du Covid-19 sont actuellement hospitalisés, dont 759 ont été admis ces dernières 24 heures. Ils étaient 8.338 lundi. Parmi eux, 1.455 se trouvent dans les services de soins critiques, qui accueillent les patients les plus lourdement touchés, dont 192 ont été admis depuis la veille. 84 personnes sont mortes à l'hôpital ces dernières 24 heures, ce qui porte à 118.653 le nombre de malades décédés en France depuis le début de la pandémie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.