Covid-19 : Olivier Véran croit plus que jamais à une sortie de crise

Covid-19 : Olivier Véran croit plus que jamais à une sortie de crise©Panoramic

, publié le dimanche 21 mars 2021 à 11h17

Dans les colonnes du Parisien, dimanche 21 mars, le ministre de la Santé se réjouit de la reprise de la vaccination avec AstraZeneca, touche même du doigt le monde d'après et évoque l'idée de "confiner le Covid dans les livres d'histoire".

Alors que 21 millions de Français dans 16 départements font face à un troisième confinement - que le chef de l'Etat refuse d'appeler ainsi -  Olivier Véran a accordé une interview au Parisienhi, dimanche 21 mars. Le ministre de la Santé affiche son optimisme et tente de rassurer la population sur une sortie prochaine de la crise sanitaire. S'il s'est refusé à dresser un bilan de son action pour l'instant, il a admis qu'il le ferait quand "on aura enlevé nos masques et vaincu le Covid-19". Avant de marteler avec conviction : "on va vaincre cette vague épidémique, j'en suis sûr". L'arrivée du printemps et de ces températures plus agréables, en plus de la vaccination, sont "deux armes importantes" dans la lutte contre le virus selon le ministre.



"La confiance des Français n'est pas rompue"

Olivier Véran n'a pas caché son plus grand espoir : "A l'automne prochain, une fois la population totalement vaccinée, si on ne voit pas revenir de vague épidémie, je pense qu'on pourra confiner le Covid dans les livres d'histoire et refaire la fête". Le retour à la vie normale, le ministre y croit. Quant à la vaccination possiblement annuelle pour éviter de nouvelles vagues mortelles, il se montre là encore mesurément optimiste. Selon lui, cette vaccination ne sera "pas forcément" obligatoire chaque année. Et de s'expliquer : "Si le virus mute et passe la barrière très forte conférée par le vaccin, oui. Dans le cas contraire, il n'y a pas de raison". 

Sur les vaccins d'ailleurs, après l'interruption pendant quelques jours des inoculations du serum d'AstraZeneca au nom du principe de précaution, le ministre estime que "la confiance des Français n'est pas rompue". "55 000, c'est le nombre de vaccinations par AstraZeneca qui ont été faites entre 14 heures, au moment de la reprise, et 18 heures, vendredi", s'est-il réjoui. 

Une nette accélération de la vaccination fin mars ?

L'objectif du gouvernement est d'atteindre les 10 millions de vaccinés à la mi-avril. Pour cela, Olivier Véran mise sur une forte accélération de la campagne de vaccination fin mars, car "les livraisons de Pfizer vont largement augmenter". Et de rajouter : si l'Europe et "la HAS donnent leur feu vert, je souhaiterais alors que la vaccination des moins de 55 ans reprenne". Quid des zones tendues, à savoir notamment les départements ou régions concernés par les nouvelles mesures gouvernementales ? "Au moins cent milles doses supplémentaires y seront acheminées dans les quinze jours, en plus des livraisons prévues".

Et à celles et ceux qui évoqueraient un troisième confinement difficile à supporter pour un tiers des Français, le ministre rétorque : "Je me refuse à parler de confinement tout simplement parce que ce n'en est pas un !". Et d'asséner, clair : "Il y a un an, le mot d'ordre était : 'restez chez vous'. La situation est différente. Si je devais improviser un slogan, ce serait : 's'aérer pour souffler, se distancier pour se protéger'. On n'empêche pas la population de sortir, on limite les réunions à l'intérieur. On en a besoin pour ne pas craquer."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.