Covid-19 : nouvelles restrictions dans les Alpes-Maritimes

Covid-19 : nouvelles restrictions dans les Alpes-Maritimes
Nice, le 9 mars 2021.

publié le dimanche 25 juillet 2021 à 13h42

Face à une situation sanitaire préoccupante, la préfecture des Alpes-Maritimes a décidé d'interdire dès dimanche 25 juillet la consommation d'alcool sur la voie publique ainsi que la diffusion de musique amplifiée. Le port du masque redevient également obligatoire dans certains secteurs.

Alors qu'en France la situation sanitaire liée au Covid-19 se dégrade, certains départements en viennent à réimposer des restrictions qu'on imaginait d'un autre temps. Après les Pyrénées-Orientales, l'Aude, le Var, la Haute-Garonne ou encore la Charente-Maritime, c'est désormais au tour des Alpes-Maritimes de réinstaurer le port du masque obligatoire à l'extérieur, indique la préfecture.



Le masque est ainsi imposé dans les zones à forte concentration de personnes, comme les marchés, les centres-villes, lors des manifestations, près des écoles, collèges, lycées et crèches au moment de leurs horaires d'ouverture et de fermeture ou encore les zones piétonnes, dans l'ensemble des communes du département. Le port du masque n'est en revanche pas obligatoire dans les espaces naturels, les espaces parcs et jardins, sur la plage ou autres bords d'étang, lacs et pièces d'eau de base de loisirs. 

La préfecture a également décidé d'interdire l'alcool sur la voie publique ainsi que la diffusion de musique amplifiée à l'extérieur des établis et sur la voie publique. Toutes ces mesures sont en vigueur à partir de dimanche 25 juillet et jusqu'au 16 août prochain.



Le taux d'incidence dans les Alpes-Maritimes était à 407 pour 100.000 habitants le 24 juillet, le seuil d'alerte étant fixé à 50 pour 100.000 habitants, et le taux de positivité à 3,8 %, souligne la préfecture. La part du variant Delta, plus contagieux que les autres souches, a par ailleurs fortement progressé et s'élève désormais à 91%.

Le maire de Nice Christian Estrosi a salué "des mesures responsables alors que le taux d'incidence des 20-29 ans dépasse 1.700."



L'édile voulait de son côté imposer un pass sanitaire à tous les enfants des centres de loisirs et de vacances de la ville, avant de faire machine arrière et d'annoncer la mise en place de tests salivaires facultatifs. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.