Covid-19 : "Nous passons du 'quoi qu'il en coûte' au 'quoi qu'il arrive'", annonce Gabriel Attal

Covid-19 : "Nous passons du 'quoi qu'il en coûte' au 'quoi qu'il arrive'", annonce Gabriel Attal
Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, lors d'une conférence de presse, le 2 juin 2021.

publié le mercredi 09 juin 2021 à 15h48

Le porte-parole du gouvernement et le ministre de l'Economie ont salué la reprise "forte" de l'économie française. Cette reprise va se traduire par une adaptation des aides aux entreprises qui seront "ciblées sur les secteurs les plus touchés" par la crise.

C'est "le début de la fin du 'quoi qu'il en coûte'".

Annoncé au début de la crise sanitaire, au printemps 2020, par Emmanuel Macron, le "quoi qu'il en coûte" va laisser la place au "quoi qu'il arrive", a annoncé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal mercredi 9 juin, à l'issue du conseil des ministres hebdomadaire.



"Le président de la République a indiqué en propos liminaire du conseil des ministres que la priorité du gouvernement pour les prochaines semaines doit être l'accompagnement des secteurs économiques. Nous passons, a-t-il dit, du 'quoi qu'il en coûte', au 'quoi qu'il arrive', avec un accompagnement qui s'adapte à la reprise d'activité dans chacun des secteurs et pour chacune des entreprises", a expliqué Gabriel Attal.

Alors que ce mercredi marque le début d'une nouvelle étape du déconfinement du pays, le porte-parole du gouvernements'est félicité de la reprise économique. "Grâce aux réformes mises en place depuis le début du quinquennat et au 'quoi qu'il en coûte' qui a sauvé des millions d'emplois, des centaines de milliers d'entreprises et le pouvoir d'achat des Français, l'économie repart, elle repart fort, elle repart mieux", a-t-il souligné. 

Invité dans la matinée sur RMC et BFMTV, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'était également réjoui du rebond de la consommation depuis la levée d'un certain nombre de restrictions sanitaires, le 19 mai dernier. "Le retour de l'activité est très fort", a-t-il souligné, indiquant que "l'activité française en matière de consommation" était de "+15% en moyenne par rapport à la même période en 2019".


Cette reprise de l'économie tricolore va se traduire par une adaptation des aides aux entreprises qui seront "ciblées sur les secteurs les plus touchés" par la crise, en particulier les hôtels, bars et restaurants, a précisé le locataire de Bercy. "C'est le début de la fin du 'quoi qu'il en coûte' avec une clause de rendez-vous fin août pour s'assurer que personne ne rencontre de difficultés majeures", a indiqué Bruno Le Maire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.