Covid-19 : "Nous ne sommes pas du tout sur la voie d'un confinement", assure Olivier Véran

Covid-19 : "Nous ne sommes pas du tout sur la voie d'un confinement", assure Olivier Véran©Alain JOCARD / AFP

publié le lundi 30 août 2021 à 21h56

"Si nous n'avions pas eu une couverture vaccinale massive de la population française, (...) on aurait eu la pire vague de cette épidémie", a rappelé le ministre de la Santé Olivier Véran sur l'antenne de France 5 ce lundi 30 août.

Les indicateurs se stabilisent depuis plusieurs jours, selon les chiffres de Santé publique France publiés ce lundi 30 août. Concernant la vaccination, 48.503.887 personnes ont reçu au moins une injection (soit 71,9% de la population totale) et 43.907.123 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 65,1% de la population totale).



Le pass sanitaire est, depuis ce lundi, obligatoire pour 1,8 million de salariés en contact avec le public, dans les restaurants, cinémas, musées ou encore les trains grandes lignes. Le ministre de la Santé Olivier Véran l'a rappelé, invité sur le plateau de C à vous sur France 5 : "On évite un confinement grâce, notamment, à la vaccination."

N'y aura-t-il donc plus jamais de confinement ? Le ministre n'a rien voulu promettre. "Est-ce que vous m'avez déjà entendu dire 'jamais' ? Je vous ai dit ce que nous ne souhaitions pas faire, ce que nous souhaitions faire, quel était le plus probable des scénarios, mais je ne vous ai jamais dit 'jamais', parce qu'on ne peut pas savoir ce que l'avenir nous réserve", a-t-il affirmé.




Puis d'ajouter néanmoins : "Ce que je peux vous dire, c'est que nous ne sommes pas du tout sur la voie d'un confinement. Nous l'avons montré cet été avec la gestion de cette quatrième vague, grâce à la vaccination. Chaque vacciné supplémentaire par jour, ce sont des cas graves en moins, et c'est un coup porté à la circulation du virus."

"La pire vague de cette épidémie" évitée

Le ministre de la Santé en a profité pour, à nouveau, faire la promotion de la vaccination.

"On se vaccine pour ne pas mourir du virus, pour ne pas aller en réanimation à cause d'une infection pulmonaire sévère, on se vaccine pour ne pas aller soi-même à l'hôpital, pour protéger ses grands-parents, parce qu'ils sont âgés, et donc ont une immunité plus fragile, et on se vaccine parce que mine de rien plus on est vaccinés et plus on freine la circulation du virus", a-t-il martelé, avant de rappeler que "si nous n'avions pas eu une couverture vaccinale massive de la population française, avec les caractéristiques du variant Delta, sa dangerosité, sa capacité à circuler très vite, massivement, dans la population, on aurait eu la pire vague de cette épidémie."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.