Covid-19 : "Notre ennemi, c'est le Delta", martèlent expert et gouvernement

Covid-19 : "Notre ennemi, c'est le Delta", martèlent expert et gouvernement
"Le risque aujourd'hui est le variant Delta, celui qui fait 30 000 cas par jour", a insisté le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

publié le mardi 30 novembre 2021 à 13h36

"Le risque aujourd'hui est le variant Delta, celui qui fait 30 000 cas par jour". Et pour lutter contre la 5e vague, il faut favoriser la vaccination...

Mais également limiter les contacts pendant les fêtes de fin d'année, selon l'épidémiologiste.

L'apparition du variant Omicron, initialement détecté en Afrique australe, a beau inquiéter les pays du monde entier, en France, l'ennemi actuel s'appelle bien et bien "Delta", ont souligné mardi 30 novembre le Pr Fontanet et le porte-parole du gouvernement.

Omicron "est évidemment un variant inquiétant et il nous faudra encore quelques semaines pour prendre la mesure de cet adversaire", a souligné sur France Inter Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique, qui conseille le gouvernement, et épidémiologiste à l'Institut Pasteur. Mais "il ne faut pas se tromper d'ennemi, notre ennemi c'est le variant Delta qui est responsable d'une cinquième vague qui est forte en France", a-t-il ajouté.


Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a tenu un discours similaire sur Europe 1. "On n'a pas à ce stade de confirmation scientifique qu'il y aurait une perte d'efficacité du vaccin sur le variant Omicron. C'est un risque par principe, mais on n'a pas de confirmation. Et quand bien même, il y aurait une diminution de cette efficacité, on ne passerait pas de 96 % à 0 %", a-t-il assuré.

"Le risque aujourd'hui est le variant Delta, celui qui fait 30 000 cas par jour", a-t-il insisté.

"Les armes déployées contre le variant Delta seront des armes contre le variant Omicron", a estimé le Pr Fontanet, citant le vaccin, les gestes barrière ou encore les tests. "L'important est de se concentrer sur la dose de rappel, car quand Omicron commencera à émerger, nous serons mieux armés", a-t-il promis. En attendant d'en savoir plus sur Omicron, il faut donc lutter contre la cinquième vague, provoquée en France par Delta.

Or, concernant cette cinquième vague, "on est sur des projections qui nous disent que le pic sera mi-janvier, donc la période pendant laquelle on va devoir freiner la circulation du virus inclut les fêtes de fin d'année". Pendant cette période de regroupements familiaux, "il va falloir tous faire un effort", en respectant "les gestes barrières qu'on connaît tous", notamment "en pensant bien à l'aération", mais également en veillant à "diminuer nos contacts".

"On retombe un peu dans le schéma de l'année dernière (pour les fêtes de fin d'année), on n'est pas en train de dire on va tout arrêter, on est en train de dire il va falloir faire attention".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.