Covid-19 : malgré le vaccin, masques et gestes barrières devront être conservés pendant "plusieurs mois", prévient Olivier Véran

Covid-19 : malgré le vaccin, masques et gestes barrières devront être conservés pendant "plusieurs mois", prévient Olivier Véran
Le ministre de la Santé Olivier Véran, le jeudi 3 décembre.

publié le jeudi 03 décembre 2020 à 21h10

"Au cours des prochains mois, le vaccin ne changera pas fondamentalement le cours de l'épidémie", a mis en garde le ministre de la Santé. 

Si la vaccination contre le Covid-19 commence prochainement, pas question pour autant d'abandonner masques et gestes barrières, a prévenu jeudi 3 décembre le ministre de la Santé Olivier Véran. "Le vaccin représente un formidable espoir" mais "au cours des prochains mois, le vaccin ne changera pas fondamentalement le cours de l'épidémie", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre Jean Castex.



"Il faudra rester ensemble vigilants, par exemple maintenir les gestes barrières, continuer de se faire tester, procéder au traçage des cas contacts. Bref, nous resterons pendant certains mois aux prises avec la réalité qui est la nôtre depuis quelque temps déjà", a-t-il ajouté. "Oui on on va garder le masque, oui on va garder les gestes barrières et ce, pendant plusieurs mois" notamment parce que la vaccination, progressive, prendra "de nombreux mois", a-t-il souligné.

Alors que beaucoup craignent les réticences des Français face à la campagne de vaccination, qui ne sera pas obligatoire, le ministre de la Santé a insisté sur la "chance" qu'elle représente. "Aujourd'hui, avant même de nous immuniser contre le coronavirus, nous devons d'abord nous immuniser contre les peurs. C'est aussi ma responsabilité, notre responsabilité collective", a noté Olivier Véran. "Le vaccin contre la peur, c'est la connaissance et c'est la bonne compréhension", a-t-il ajouté, promettant que les Français disposeraient du même niveau d'information que le gouvernement.


"Je m'engage tout au long de la campagne vaccinale à ce que nous fassions preuve de la transparence la plus totale sur l'efficacité du vaccin, acceptabilité de la population, l'évolution des recommandations scientifiques et médicales, l'organisation pratique de la campagne, les éventuels effets indésirables, qu'ils soient graves ou bénins", a martelé le ministre.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.