Covid-19 : les transports "ne sont pas des lieux de propagation particuliers", assure Jean-Baptiste Djebbari

Covid-19 : les transports "ne sont pas des lieux de propagation particuliers", assure Jean-Baptiste Djebbari©GONZALO FUENTES / POOL / AFP

publié le lundi 02 août 2021 à 11h41

"Nous tenons sur deux pieds : un, le pass sanitaire et deux, le protocole sanitaire", a rappelé Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, sur l'antenne de CNews.

La période estivale est particulièrement propice aux brassages de populations dans les transports. Alors que le pass sanitaire sera obligatoire dans les voyages en train dès le 9 août, pour Jean-Baptiste Djebbari, "les transports, y compris les transports longue distance, ne sont pas des lieux de propagation du virus particuliers."



"Nous constatons qu'avec le nettoyage, la désinfection, le port du masque obligatoire dans les transports - qui restera l'un des socles de notre action -, le protocole sanitaire est efficace", a ajouté le ministre délégué chargé des Transports sur l'antenne de CNews.

"Nous tenons sur deux pieds : un, le pass sanitaire, pour inciter à la vaccination, et deux, le protocole sanitaire dans les transports, qui je crois pouvoir dire, a fait la preuve de son efficacité", a-t-il continué. "On a voulu que, pendant l'été, les Français puissent prendre le train et l'avion en sécurité, et que ça les incite à la vaccination", a justifié le ministre.

Une "règle d'or" dans les trains

"Le protocole sanitaire n'a pas bougé, il est le même depuis mai 2020. Nous l'avons fait évoluer à la marge, nous avons regardé tout ce qui s'est fait partout dans le monde - au Royaume-Uni, au Japon, en Asie du Sud-est, aux Etats-Unis", a précisé Jean-Baptiste Djebbari.



Concernant le pass sanitaire dans les trains, il pourra être vérifié à tout moment pendant les voyages dès qu'il sera obligatoire, à partir du 9 août.

Les contrôles auront lieu à l'embarquement, à bord avec des équipes dédiées et/ou au débarquement, selon le PDG de SNCF Voyageurs, Christophe Fanichet, le 30 juillet dernier.

"Ce qui est important, c'est de dire aux voyageurs que le pass sanitaire pourra être vérifié à tout moment", a-t-il expliqué à des journalistes, ajoutant que la "règle d'or" pour les TGV Inoui, Ouigo, Intercités de jour et de nuit ainsi que les trains internationaux sera "un billet, un masque et un pass sanitaire".

Les voyageurs sans pass sanitaire remboursés

L'objectif de la SNCF est d'intégrer le pass au billet d'ici septembre, a-t-il remarqué. Les TER et trains de la banlieue parisienne ne sont pas concernés.

Les voyageurs contrôlés sans pass à bord pourront continuer leur voyage, mais ils n'échapperont pas à une amende de 135 euros, selon lui.

"Nous rembourserons tous les Français qui n'ont pas de pass sanitaire", a aussi assuré Christophe Fanichet, rappelant que ceux qui seraient testés positifs ne doivent de toute façon pas voyager.

"Il faut que tous les Français puissent partir en vacances en toute sérénité", a-t-il souligné.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.