Covid-19 : les médecins divisés sur la fin du port du masque dans les lieux où le pass sanitaire est obligatoire

Covid-19 : les médecins divisés sur la fin du port du masque dans les lieux où le pass sanitaire est obligatoire
Des spectateurs dans le cinéma parisien Le Grand Rex le 20 juillet 2021.

publié le mercredi 21 juillet 2021 à 10h42

Alors que le masque ne sera plus obligatoire dans les lieux où le pass sanitaire est nécessaire, de nombreux cinémas ou musées préfèrent le conserver. 

Une mesure imprudente alors que la quatrième déferle sur la France ? Le ministre de la Santé Olivier Véran a déclaré mardi 20 juillet sur RTL que "là où il y a le pass sanitaire" anti-Covid-19, les personnes "pourront enlever le masque". Selon lui, le masque ne s'y impose plus car le pass sanitaire implique "qu'on est sûr que toutes les personnes qui rentrent sont vaccinées complètement ou ont un test très récent qui est négatif". 




"Le port du masque peut toutefois être rendu obligatoire par le préfet de département lorsque les circonstances locales le justifient, ainsi que par l'exploitant ou l'organisateur", nuance cependant le décret publié mardi.

Contrairement au public, les salariés qui travaillent dans les endroits soumis au pass sanitaire devront garder le masque pour l'instant, a précisé le ministère du Travail.

"C'est une mauvaise idée"

La mesure divise au sein des scientifiques dont certains estiment qu'il est encore trop tôt pour tomber le masque alors que l'épidémie de Covid flambe. Le variant Delta poursuit sa progression galopante en France et a fait exploser les contaminations au Covid-19 mardi, avec 18.000 cas en 24 heures. 

L'épidémiologiste Dominique Costagliola a avoir appris "avec stupeur" la fin du masque dans les lieux concernés. "C'est une mauvaise idée", a-t-elle asséné sur France Inter. "Il faudrait avoir ceinture et bretelles" et ne "pas enlever certaines mesures quand on en met d'autres en place".

"Je ne suis pas sûr que ce soit le bon moment dans les conditions où nous sommes actuellement. Cet allégement en matière de masque incite bien les non-vaccinés à se faire vacciner, mais ça provoque des interrogations. On sait que la vaccination n'assure qu'une protection partielle des vaccinés", a précisé sur Franceinfo François Bricaire, infectiologue, et membre de l'Académie nationale de médecine.

"Il faut rester encore prudent"

Interrogé sur cette question vendredi 16 juillet sur Europe 1, le professeur Alain Fischer, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale a plaidé pour un maintien du masque obligatoire. "Pour l'extérieur ok. Ensuite, en situation où vous avez beaucoup de personnes réunies dans un même lieu, il faut pour l'instant rester encore prudent. Même si la vaccination reste extraordinairement efficace, ce n'est pas parfait. Donc, il faut encore un petit moment être prudent et garder ces mesures et patienter encore un peu. (...) On est dans une phase ascendante et assez rapide. Il faut accepter encore ces contraintes. C'est notre intérêt à tous de ne pas faiblir sur cette question dans l'immédiat".

Pour Jérôme Marty, médecin généraliste et président de l'Union française pour une médecine libre (UFML), "il y a des faux négatifs qu'il ne faut pas négliger". "Je suis d'accord pour ne pas porter le masque avec du 100% vaccinés. Mais, mixer les vaccinés avec ceux qui ont un test PCR, c'est casse-gueule", a-t-il déclaré. "Il y a beaucoup d'incertitudes dessus, le variant Delta pourrait peut-être échapper à une immunité préalablement acquise. En clair, une personne infectée par le variant Alpha pourrait être infectée par le Delta", tempère encore sur Franceinfo Samuel Alizon, biologiste de l'évolution et directeur de recherches au CNRS. 



"Si le pass sanitaire est contrôlé, alors le niveau de risque (...) sera nettement réduit", a relativisé de son côté l'épidémiologiste Antoine Flahault auprès de l'AFP. Le président du Haut conseil de la santé publique Franck Chauvin a lui aussi estimé que si les contrôles étaient stricts, "le risque résiduel est très faible".
 
Toutefois, certains cinémas préfèrent conserver le masque obligatoire. Selon BFMTV, le groupe UGC a envoyé un mail dans la soirée de mardi à ses abonnés précisant : "la sécurité et la santé de nos spectateurs et de nos équipes étant notre priorité, le port du masque demeure obligatoire dans l'enceinte du cinéma et dans les salles". Idem pour les cinémas MK2, directement interpellés sur Twitter.


Autre exemple au musée des Beaux-Arts de Lyon, où le masque reste obligatoire à partir de 11 ans.


Le masque reste également obligatoire au musée du Louvre à Paris, selon les informations de de RTL.
  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.