Covid-19 : les Marseillais vent debout contre le sursis obtenu par Paris

Covid-19 : les Marseillais vent debout contre le sursis obtenu par Paris©Panoramic
A lire aussi

, publié le vendredi 02 octobre 2020 à 09h51

Le ministre de la Santé a annoncé que d'ici lundi, la capitale pourrait passer en alerte maximale. La semaine passée, Marseille avait été placée dans cette catégorie au cours de la conférence de presse d'Olivier Véran, qui n'avait pas attendu le lundi.

La pilule est dure à avaler pour les Marseillais.

Jeudi 1er octobre, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, le ministre de la Santé a annoncé que les indicateurs sanitaires continuaient de se dégrader à Paris, tant et si bien que la capitale et sa petite couronne seraient sur le point de passer officiellement en zone d'alerte maximale. Cependant, Olivier Véran a décidé de se laisser le week-end pour décider des mesures à prendre. Un délai que n'avaient pas obtenu les Marseillais la semaine dernière. La métropole Aix-Marseille avait été contrainte de fermer ses bars et ses restaurants dès le week-end alors que la capitale ne pourrait basculer que lundi. Un deux poids deux mesures qui a bien du mal à passer du côté de la cité phocéenne. "On est les dindons de la farce. Moi, je pensais vraiment que s'ils ne fermaient pas à Paris, on nous dirait : 'Les chiffres baissent à Marseille, vous rouvrez lundi'. C'est encore du grand n'importe quoi", s'indigne sur Europe 1 un cafetier-restaurateur du Vieux-Port, qui se demande pourquoi les Marseillais sont pénalisés et pas les autres ?



Même son de cloche chez un de ses collègues. "On se sent comme les cobayes de la France. Marseille devient un laboratoire. On voit ce qu'il se passe sur Marseille, on voit si les chiffres baissent, on ferme Marseille, et ensuite, on décide sur le territoire les mesures à prendre et ça, ça nous dérange beaucoup", surenchérit un second restaurateur au micro d'Europe 1.

Un avis que partage le président de la région Sud, Renaud Muselier. "Monsieur Véran est entêté. Je pense qu'il s'est un peu emballé, qu'il s'est pris les pieds dans le tapis. Et comme il ne veut pas se déjuger, il s'entête", estime-t-il. Pour Renaud Muselier, Olivier Véran a fait "une faute politique, économique, médicale et de santé publique". "Il va y avoir de nouveau une explication de texte, on ne lâche rien. On a nos critères en dessous du seuil d'alerte. Comme nous avons été les bons élèves, on n'a pas à être punis", affirme le président de la région qui doit s'entretenir dans la journée de vendredi avec le ministre de la Santé.

Interrogé sur la différence de traitement entre Paris et Marseille après sa conférence de presse, jeudi, Olivier Véran a assuré que les deux villes ne se trouvaient pas au même stade. "Les seuils en terme d'incidence, d'incidence personnes âgées et de taux d'occupation en réanimation ont été franchis dans les dernières 24 heures, pas le 24 septembre, sans quoi nous aurions basculé Paris [en alerte maximale] en même temps que Marseille", a-t-il affirmé, cité par BFMTV.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.