Covid-19 : les jeunes vecteurs de la quatrième vague ?

Covid-19 : les jeunes vecteurs de la quatrième vague ?
(Photo d'illustration)

publié le mardi 06 juillet 2021 à 12h32

Le taux d'incidence, autrement dit le nombre de cas pour 100.000 habitants en sept jours, est de 52 chez les 20-19 ans, en hausse de 16 points en une semaine, contre 23 en moyenne au niveau national, rapporte BFMTV. 

Si la situation à l'hôpital ne cesse de s'améliorer, les autorités alertent sur l'hypothèse d'une prochaine quatrième vague de Covid-19. Alors que les épidémiologistes la prédisaient il y a quelques jours pour la rentrée, l'exécutif s'inquiète d'une nouvelle vague dès la fin juillet, à cause notamment du variant Delta, bien plus contagieux que les autres souches.

Et si c'était la faute des jeunes ?



Selon les remontées quotidiennes de Santé publique France, le nombre de personnes déclarées positives chaque jour recommence à augmenter légèrement, depuis les derniers jours de juin, dépassant les 2.000 cas en moyenne chaque jour. Logiquement, le taux d'incidence, autrement dit le nombre de cas pour 100.000 habitants en sept jours, remonte également. 

Sur la semaine du 25 juin au 1er juillet, le taux d'incidence reste stable, voire en baisse chez les plus âgés, souligne BFMTV : 11 (-1) chez les plus de 90 ans, 7 (-1) chez les plus 80-89 ans et les 70-79 ans, 9 (-1) chez les 60-69 ans et 16 (=) chez les 50-59 ans, pour une moyenne nationale à 23. La tendance s'inverse en revanche chez les moins de 50 ans : 22 (+2) chez les 40-49 ans, 30 (+3) chez les 30-39 ans et même 52 (+16), soit au dessus du seuil d'alerte de 50, chez les 20-29 ans. 

Des jeunes moins vaccinés et plus sociables

Une forte hausse à mettre sur le compte de la vaccination, mais aussi du comportement des plus jeunes. "Les personnes qui ont beaucoup de contacts sociaux vont diffuser beaucoup plus vite le virus que des patients plutôt isolés", explique à BFMTV Frédéric Adnet, chef du service des urgences de l'hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis). 

"Le fait que l'incidence monte beaucoup plus vite dans ces couches-là, c'est très probablement un effet de la politique vaccinale de la France", ajoute-t-il. Le niveau de primo-vaccination est en effet en dessous des 50% chez les moins de 30 ans, contre 80% des 80 ans et plus, 90% des 75-79 ans, 89% des 70-74 ans, 79% des 65-69 ans et 76% des 60-64 ans. 

On retrouve également cette situation chez nos voisins. En Angleterre, le taux d'incidence est passé en un mois, de 70 à 532 chez les 15-19 ans et de 54 à près de 700 chez les 20-24 ans. En Espagne, et notamment en Catalogne, c'est aussi chez les moins de 30 ans ans que la courbe grimpe le plus vite. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.