Covid-19 : les galeries marchandes et commerces dans le flou

Covid-19 : les galeries marchandes et commerces dans le flou
(illustration)

, publié le samedi 30 janvier 2021 à 11h35

Si le critère des 20.000m2 de surface a été retenu, des zones d'ombre demeurent quant à l'application des nouvelles restrictions sanitaires dans les établissements de moindre envergure.

"A compter de ce dimanche, les centres commerciaux non alimentaires d'une surface supérieure à 20.000 mètres carrés, c'est-à-dire ceux qui favorisent le plus de brassage des populations, seront fermés". Jean Castex, dans sa prise de parole de vendredi 29 janvier, a scellé le sort immédiat des plus grandes zones commerciales accueillant du public. Mais qu'en est-il des autres?


Le Premier ministre a en effet évoqué une adaptation des "jauges", sans précisions supplémentaires. "Ce qui avait été envisagé" lors des discussions avec le gouvernement, "c'était de passer d'un client pour 8 m2 à un client pour 10 m2, c'est sur ce quoi nous avions travaillé ensemble", a précisé Jacques Creyssel, président de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD, regroupant la plupart des enseignes de la grande distribution).

Concrètement, dès dimanche, dans les grands centres commerciaux, pourront seulement rester ouverts les supermarchés et hypermarchés ainsi que les magasins alimentaires présents dans les galeries marchandes.

Décision "très imprécise"

"Sur les 835 centres commerciaux que compte la France, la moitié ont une surface supérieure à 20.000 m². Aucun n'a été reconnu comme ayant constitué un 'cluster' depuis le début de la crise sanitaire", a réagi le Conseil national des centres commerciaux (CNCC).

Il indiquait attendre "des réponses précises du gouvernement lors d'une téléréunion" samedi, avec les ministres de l'Economie Bruno Le Maire et des petites et moyennes entreprises (PME) Alain Griset, critiquant une décision "très imprécise quant à son périmètre d'application".


A Paris, le BHV-Marais et les Galeries Lafayette/Haussmann sont concernés par les mesures annoncées puisque ces magasins dépassent les 20.000 m2, selon la direction des Galeries Lafayette.

Emmanuel Le Roch, délégué général de la fédération du commerce spécialisé Procos, qui représente quelque 60.000 magasins de tous les secteurs sauf la grande distribution alimentaire, parle d'une "injustice": "On va avoir des boutiques, de mêmes commerces voire même de mêmes enseignes qui vont être fermées dans ces centres et qui vont pouvoir ouvrir en centre-ville ou en zones commerciales", a-t-il regretté. Il a appelé le gouvernement à "assumer" sa décision et "pour rassurer tout le monde de mettre en place dès la semaine prochaine les aides qui correspondent à cette décision" car "les systèmes (d'aides, NDLR) tels qu'ils existent aujourd'hui ne permettent pas de répondre aux problèmes des entreprises moyennes et grandes".


 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.