Covid-19 : les contaminations explosent en Savoie, la raison encore inconnue

Covid-19 : les contaminations explosent en Savoie, la raison encore inconnue
Un transfert de patient atteint du Covid-19, en mars 2020 (illustration)

, publié le mercredi 11 novembre 2020 à 12h00

"On aimerait bien avoir une explication rationnelle et évidente", se demande un infectiologue du département, qui n'avait été que modérément touché par la première vague du virus.

La Savoie est devenue cette semaine le département le plus touché par le Covid-19 en France. Cet afflux brutal de malades dans les hôpitaux reste inexpliqué mais engendre une mobilisation générale des structures de santé du territoire pour faire face.

Avec 1.167 cas positifs pour 100.000 habitants, la Savoie présente une incidence du coronavirus 2,5 fois plus élevée que la moyenne nationale.

Alors que la deuxième vague n'a pas atteint son pic, 448 malades y sont hospitalisés pour covid, contre 127 au plus fort de la première vague. Et 127 morts sont déjà à déplorer à l'hôpital contre 68 au printemps, ainsi que 32 en Ehpad contre 31.

"On est en tête du hit-parade et on aimerait bien avoir une explication rationnelle et évidente", soupire le Dr Olivier Rogeaux, infectiologue au Centre hospitalier Métropole Savoie (CHMS, Chambéry et Aix-les-Bains). Car lors de la première vague, la Savoie avait été peu impactée.

"On a une population semi-rurale; nos plus de 65 ans sont plutôt en bonne forme et par rapport à l'Alsace qui avait été touchée de plein fouet, on a moins d'obèses, de diabétiques, d'hyper-tendus", se souvient le Dr Emmanuel Forestier, chef du service infectiologie au CHMS. Depuis "notre population n'a pas changé", souligne le praticien. Le tourisme et les vacanciers estivaux ont été mis hors de cause car la situation est restée calme jusqu'à la mi-septembre. Et les stations de ski n'ont pas encore ouvert.


Alors les infectiologues avancent un faisceau d'indices: un "effet région" car le virus circule fort en Auvergne-Rhône-Alpes. Le département est aussi proche du canton de Genève où le taux d'incidence atteint plus de 2.000 cas pour 100.000 habitants. D'ailleurs, la Haute-Savoie, directement limitrophe de la Suisse, talonne la Savoie en haut du classement (1.146 cas pour 100.000 habitants). "L'effet couvre-feu et le confinement ne se sont pas encore fait sentir" alors qu'à Grenoble, Lyon ou Saint-Etienne, où ces mesures ont été enclenchées plus tôt, on constate une stabilisation de l'épidémie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.