Covid-19 : les confinements réservés au week-end laissent sceptique

Covid-19 : les confinements réservés au week-end laissent sceptique
Rémi Salomon, le 5 novembre 2020, à Paris
A lire aussi

, publié le jeudi 25 février 2021 à 11h35

"Le virus, il se propage aussi dans la semaine", note Rémi Salomon, le président de la commission médicale de l'AP-HP.

Du Dunkerquois aux Alpes-Maritimes, des confinements locaux cantonnés aux périodes de week-end ont été décidés dans les derniers jours, face à la flambée des cas de coronavirus. Ces mesures ne convainquent pas Rémi Salomon, qui estime que ces décisions ne sont "probablement pas" suffisantes au regard de l'accélération de la circulation du virus.

"Le virus, il se propage aussi dans la semaine (...) Je pense qu'il faut vraiment diminuer les interactions sept jours sur sept et qu'il faut donc éviter que les gens se rencontrent en dehors du cercle familial le plus possible", a-t-il affirmé sur BFMTV et RMC, jeudi 25 février. Pour le médecin, des "mesures supplémentaires" sont "nécessaires" pour lutter contre le Covid-19, même s'il faut du "discernement".

"Peut-être qu'à l'école il faut que les protocoles sanitaires soient davantage appliqués. Il faut peut-être des moyens supplémentaires, des moyens humains (...) Peut-être faut-il faire du temps partiel pour avoir des classes moins chargées, organiser les repas", a-t-il suggéré, en appelant à une particulière vigilance sur les collèges et lycées. 


Rémi Salomon a toutefois estimé qu'il faudrait rouvrir les facultés "assez vite", compte tenu de la "détresse" de la jeunesse, "en prenant des précautions", en recourant notamment davantage aux tests salivaires. Le médecin a aussi préconisé de "faire une analyse très minutieuse des variants qui apparaissent sur le territoire", ce qui permettra de prendre des "mesures territoriales" en fonction de la dangerosité des variants.  "Et puis il va falloir adapter les vaccins" et "qu'on se mette en capacité d'en produire beaucoup plus", a-t-il dit.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.