Covid-19 : le variant Delta désormais majoritaire en France

Covid-19 : le variant Delta désormais majoritaire en France
Attente pour se faire tester devant une boîte de nuit du sud-est de la France, le 9 juillet 2021.

publié le samedi 10 juillet 2021 à 10h15

Ce variant, 60% plus contagieux que les autres souches du coronavirus, représente plus de 80% des nouvelles contaminations dans une douzaine de départements.

En progression rapide depuis son arrivée dans le pays, le variant Delta est désormais majoritaire en France. Dans son bilan diffusé vendredi 9 juillet au soir, Santé Publique France indique que la "mutation L452R", présente sur le variant Delta, représente désormais 51,7% des tests positifs criblés, le criblage étant l'un des deux moyens permettant de suivre la circulation des variants. 


Le variant Delta n'est pas présent de la même façon sur tout le territoire.

Il représente ainsi plus de 80% des nouvelles contaminations dans une douzaine de départements : la Haute-Marne (92,9%), la Haute-Savoie (90,1%), l'Orne et la Corse-du-Sud (87,5), le Var (86,9%), la Somme (83,6%), les Hautes-Alpes (83,3%), le Loir-et-Cher (82,2%), les Landes (81,2%) et les Alpes-Maritimes (80,9%), selon les chiffres diffusés par Géodes. En Haute-Corse et à Saint-Martin, 100% des criblages réalisés comportent cette mutation. En revanche dans l'Yonne (8,3%), la Creuse (7,1%) ou le Cher (0%), le variant Delta reste très minoritaire.



"Le variant Delta, ce variant qui nous est venu initialement de l'Inde" avant de se développer dans d'autres zones comme le Royaume-Uni, "est apparu il y a quelques semaines dans notre pays et il est 60% plus contagieux que les autres souches virales qui circulaient jusqu'ici", rappelait le ministre de la Santé Olivier Véran, vendredi sur France Inter. "Il est en train progressivement de remplacer toutes les autres souches du coronavirus qui existaient", avait-il ajouté.

"C'est la diffusion de ce variant plus contagieux qui a fait repartir à la hausse l'épidémie dans le pays", avait également souligné le ministre, observant que "chaque semaine il y a environ 50% de contaminations de plus que dans la semaine précédente". "Il se passe un phénomène assez proche de ce que l'on a connu l'été dernier : le virus touche essentiellement des personnes jeunes, qui font peu de formes graves mais se contaminent", a également indiqué Olivier Véran.

Devant un risque de quatrième vague, provoquée par une circulation forte de ce variant, les autorités sanitaires encouragent à la vaccination. Même avec ce variant, "le vaccin reste efficace contre les formes graves", a rappelé vendredi Olivier Véran. "C'est le moment d'aller se faire vacciner", notamment pour tous ceux qui hésitent ou qui voulaient attendre encore avant de passer à l'acte, a insisté le ministre.

Alors qu'Emmanuel Macron doit s'exprimer lundi soir et pourrait annoncer de nouvelles mesures sanitaires, le Conseil scientifique a recommandé vendredi de resserrer la vis pour faire barrage au variant Delta, avec notamment la vaccination obligatoire des soignants et des "mesures de restrictions" localisées.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.