Covid-19 : le régulateur européen autorise le vaccin Johnson and Johnson

Covid-19 : le régulateur européen autorise le vaccin Johnson and Johnson
(illustration)

, publié le jeudi 11 mars 2021 à 15h21

Il ne nécessite qu'une seule injection et est plus facile à stocker. Il semble toutefois moins efficace que ses concurrents déjà autorisés.

Un quatrième vaccin autorisé. L'Agence européenne des médicaments (EMA) a donné jeudi 11 mars son feu vert au vaccin à injection unique contre le Covid-19 de Johnson and Johnson.

Cette décision est un coup de pouce au programme de vaccination de l'UE, critiqué pour sa lenteur, même si différentes sources indiquent que les premières doses de Johnson and Johnson pourraient ne pas arriver dans les pays européens avant le mois d'avril. "Avec ce dernier avis positif, les autorités de l'Union européenne disposent d'un outil supplémentaire afin de lutter contre la pandémie et protéger la vie et la santé de leurs citoyens", a déclaré la directrice de l'EMA Emer Cooke, citée dans un communiqué, ajoutant qu'il s'agit du "premier vaccin qui peut être utilisé en une seule dose".

Le géant pharmaceutique américain Johnson and Johnson avait déposé le 16 février une demande d'approbation du vaccin, développé par Janssen, une filiale du groupe en Europe.


Avant son feu vert au vaccin de Johnson and Johnson, l'Agence européenne des médicaments, basée à Amsterdam, avait déjà donné son approbation à trois vaccins: ceux de Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca-Oxford. Trois autres vaccins font l'objet d'un "examen continu" auprès de l'EMA: Novavax, CureVac et le russe Spoutnik V. 

Le vaccin de Johnson and Johnson est le premier bénéficiant d'un feu vert dans l'Union européenne à ne nécessiter qu'une seule injection au lieu de deux, en plus d'être considéré comme plus simple à stocker. L'injection du vaccin de Johnson and Johnson semble cependant moins efficace que ceux de Pfizer et Moderna, qui révèlent tous les deux une efficacité d'environ 95% contre tous les variants du Covid-19.

L'UE a connu un déploiement décevant de la vaccination à partir de janvier, en raison d'un manque de doses produites par les trois fournisseurs jusqu'à présent. La stratégie de vaccination de l'UE fait face à de nouveaux problèmes jeudi : le Danemark, rapidement imité par l'Islande et la Norvège, a annoncé qu'il suspendait temporairement l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca après que certains patients ont développé des caillots sanguins.

L'Autriche, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie et le Luxembourg ont également suspendu l'utilisation d'un lot particulier de vaccins AstraZeneca, après qu'une infirmière de 49 ans est décédée suite à de "graves problèmes de coagulation sanguine" en Autriche après avoir été vaccinée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.