Covid-19 : le professeur Arnaud Fontanet anticipe un retour "à une vie normale à l'automne 2021 si on vaccine 80-90% des Français"

Covid-19 : le professeur Arnaud Fontanet anticipe un retour "à une vie normale à l'automne 2021 si on vaccine 80-90% des Français"
Arnaud Fontanet le 25 novembre 2020.

, publié le jeudi 26 novembre 2020 à 10h46

Si l'épidémiologiste et membre du Conseil scientifique se réjouit de l'arrivée imminente de vaccins contre le Covid-19, il appelle néanmoins les Français à ne pas relâcher leurs efforts.

Alors que la situation sanitaire commence à s'améliorer en France, Emmanuel Macron ayant annoncé mardi un plan de déconfinement en trois phases jusqu'au 20 janvier, le professeur Arnaud Fontanet a "bon espoir" pour la suite de la gestion de l'épidémie de Covid-19. "On va changer de modèle.

Jusque-là, on a subi l'épidémie, mais on va devenir acteur et la contrôler", grâce aux vaccins à venir notamment, assure l'épidémiologiste et membre du Conseil scientifique jeudi 26 novembre sur BFMTV. 




"On a plusieurs vaccins avec des résultats très encourageants. Cela va permettre une production importante et donc, un meilleur accès" aux sérums pour les populations, se réjouit le professeur à l'institut Pasteur

Encore incertaine il y a quelques semaines, la perspective d'un vaccin s'est en effet concrétisée ces deux dernières semaines avec une pluie d'annonces de laboratoires concernant l'efficacité de leur vaccin : Pfizer et BioNTech ont dégainé les premiers, suivis par Moderna et AstraZeneca/Université d'Oxford. Le chef de l'Etat a par ailleurs annoncé mardi qu'une campagne de vaccination "rapide et massive", débuterait "dès fin décembre, début janvier" pour "les personnes les plus fragiles".

Selon l'épidémiologiste, "si on arrive à vacciner 80-90% de la population (...) on peut penser qu'on reviendra à une vie normale à l'automne 2021". Un tel niveau de couverture représente "un objectif extrêmement ambitieux compte tenu de la défiance qui existe aujourd'hui vis-à-vis des vaccins", souligne-t-il toutefois.

Le vaccin n'est pas une garantie d'éviter la maladie à 100%

Des inconnues persistent néanmoins sur ces vaccins. "Il faut vérifier s'ils protègent contre une infection ou contre les formes graves de la maladie, car dans cette seconde hypothèse, le vaccin n'empêchera pas la circulation du virus et la stratégie de contrôle en dépendra", explique l'épidémiologiste. "Il faut aussi savoir pendant combien de temps la vaccin protège contre la maladie après avoir été administré, s'assurer qu'il n'a pas d'effets indésirables graves et s'il y en a, qu'ils restent exceptionnels", poursuit-il. Et le spécialiste de préciser que le vaccin n'est pas une garantie de ne pas tomber malade. "On sait que ça diminue le risque de 90% mais pas de 100%", détaille-t-il.

Alors que le confinement va s'alléger dès ce samedi, avec notamment la réouverture des commerces, Arnaud Fontanet appelle les Français à ne pas relâcher les efforts. "Quand on sait que le virus circule peu, c'est là qu'il faut être vigilant" pour ne pas avoir de reprise épidémique. "Donc on ne pourra pas tout relâcher", martèle-t-il.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.