Covid-19 : le président du Conseil du commerce "étonné" après que la réouverture des commerces a été écartée

Covid-19 : le président du Conseil du commerce "étonné" après que la réouverture des commerces a été écartée
William Koeberlé, président du Conseil du commerce de France.
A lire aussi

, publié le mercredi 11 novembre 2020 à 21h26

Marc Fesneau, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, a écarté une réouverture des commerces non essentiels "à ce stade" ce mercredi 11 novembre.

A la veille d'une prise de parole du Premier ministre Jean Castex, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, a écarté ce mercredi 11 novembre sur Franceinfo une réouverture des commerces non essentiels "à ce stade". Une annonce qui a fait mouche auprès de William Koeberlé, président du Conseil du commerce de France.

Egalement sur l'antenne de Franceinfo, il s'est "étonné qu'une annonce soit faite avant même la tenue du Conseil de défense sanitaire".



"Ça n'est vraiment pas respectueux du travail que mènent actuellement toutes les fédérations pour permettre la réouverture des commerces", a-t-il continué. "Je trouve que ce ne sont pas des méthodes. Je suis très étonné qu'un ministre, qui n'est ni en charge de l'économie, ni de la santé et encore moins du commerce, fasse de telles annonces alors même que le Premier ministre et le président de la République nous avaient donné rendez-vous pour évaluer la situation", a poursuivi William Koeberlé.

"Nous avons l'impression que tout est décidé d'avance, sans tenir compte de tous les éléments que nous mettons sur la table pour organiser au plus vite la réouverture", a ajouté le président du Conseil du commerce de France.


Un point presse de Jean Castex jeudi

Jeudi se tiendra un Conseil de défense à l'Elysée consacré au Covid-19 puis une conférence de presse de Jean Castex. Le Premier ministre devrait évaluer les résultats obtenus par le reconfinement en vigueur depuis le 31 octobre afin de freiner la deuxième vague du virus.

"Je comprends tout à fait la détresse des commerçants qui sont fermés", a de son côté assuré Marc Fesneau, avant de justifier : "On l'a fait pour éviter que nous nous déplacions plus qu'il n'en faut". Puis de poursuivre : "A chaque fois que l'on se déplace, on multiplie les possibilités de contamination et donc on multiplie les possibilités d'expansion du virus."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.