Covid-19 : le Pr Delfraissy évoque une 3e dose "pour une grande partie de la population vaccinée"

Covid-19 : le Pr Delfraissy évoque une 3e dose "pour une grande partie de la population vaccinée"
Jean-François Delfraissy à Paris, le 15 septembre 2020.

publié le mercredi 25 août 2021 à 12h27

Si le vaccin protège bien des formes sévères du covid-19, il protège moins de l'infection elle-même. Une troisième dose permettrait de faire remonter cette immunité dans la population, selon le médecin.

Une troisième dose de vaccin contre le covid-19 sera nécessaire pour "une grande partie" de la population, a estimé mercredi 25 août le Pr Jean-François Delfraissy. 

"On ira, je pense, à une troisième dose pour une grande partie de la population vaccinée", a estimé le président du conseil scientifique sur France 2, reconnaissant toutefois que les données n'étaient pas encore suffisantes pour déterminer l'efficacité d'une telle mesure appliquée aux personnes jeunes et sans comorbidités.


Par contre, il a réaffirmé l'intérêt d'injecter cette troisième dose aux personnes les plus âgées et les plus fragiles. "Il s'agit véritablement d'un rappel pour restimuler la réponse immunitaire au vaccin, a-t-il expliqué. Je vous rappelle qu'on a une série de données (qui montre) que le vaccin protège bien contre les formes sévères et les formes graves. Par contre, il protège moins bien contre l'infection." Ainsi, une campagne de rappel permettra de "récupérer" une protection accrue contre l'infection elle-même, a insisté le professeur.

Saisie par le ministère sur la pertinence d'élargir le public bénéficiant de ce rappel, la Haute autorité de santé (HAS) a elle recommandé mardi de proposer "une dose de rappel avec un vaccin à ARNm (Pfizer ou Moderna, ndlr) pour les personnes de 65 ans et plus, ainsi que pour les personnes présentant des comorbidités qui augmentent le risque de formes graves de Covid-19".


En attendant, le ministère de la Santé a indiqué "18 millions de personnes sont susceptibles de recevoir le rappel". Et dès le 1er septembre, les troisièmes doses pourront être injectées aux résidents d'Ehpad et aux d'unités de soins de longue durée (USLD), à l'ensemble des personnes de plus de 80 ans ainsi qu'aux malades à très haut risque de forme grave de Covid et aux patients immunodéprimés. Selon le ministère, ce "premier cercle" concerne 6 millions de personnes, tandis que les 65-79 ans et les porteurs de comorbidités représentent 12 millions supplémentaires.

La HAS recommande "un délai d'au moins 6 mois" entre la primovaccination et le rappel.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.