Covid-19 : le Pr Delfraissy évoque la "pression politique énorme" pour faire autoriser l'hydroxychloroquine

Covid-19 : le Pr Delfraissy évoque la "pression politique énorme" pour faire autoriser l'hydroxychloroquine
Jean-François Delfraissy à Paris, le 15 septembre 2020.

publié le vendredi 04 juin 2021 à 08h42

Le professeur français évoquait "le buzz médiatique" sur l'hydroxychloroquine et les pressions qu'il subissait. Il indiquait également attendre des essais cliniques menés dans les règles de l'art.

Le président du conseil scientifique covid-19, le Pr Delfraissy, a expliqué dans des échanges de mail avec son homologue américain, le Pr Fauci, avoir subi une "pression politique énorme" pour faire autoriser l'hydroxychloroquine, le traitement préconisé par le médiatique et controversé Pr Raoult, a indiqué BFMTV vendredi 4 juin.

L'information a été révélé après la publication des "Fauci papers" : plusieurs médias américains ont saisi la justice au nom de la loi d'accès à l'information (Freedom of information Act) de 1996, qui permet à tous les citoyens d'obtenir des documents administratifs.

Ils ont ainsi publié des milliers de pages de mails échangés par le célèbre immunologue américain choisi par Donald Trump pour le conseiller sur la pandémie.


C'est parmi ces documents que les messages de Jean-François Delfraissy ont fait surface. Dans son courrier, le professeur annonce à Anthony Fauci être "de nouveau en service depuis que la crise sanitaire du covid-19 a frappé la France". Il évoque également le "nombre limité de tests" qu'il est possible de réaliser dans le pays et qui l'empêche d'adopter la stratégie sud-coréenne de tests massifs, ou encore la "phase difficile" que va traverser la France en raison du manque de lits de réanimation "dans certaines parties de la France".

Enfin, le Pr Delfraissy informe son homologue sur "le buzz médiatique depuis l'annonce faite par le Docteur Didier Raoult à propos de l'efficacité de l'hydroxychloroquine".

"Ses données ne sont pas particulièrement convaincantes, écrit le professeur. Nous pouvons observer un signal légèrement positif mais il doit être confirmé par un essai randomisé bien mené." Il évoque surtout "une pression politique énorme pour autoriser l'hydroxychloroquine et la donner à tout le monde". "Mais je résiste", tranche le médecin français.

Jeudi soir, une proche de Jean-François Delfraissy est revenu sur cet épisode auprès de BFMTV, dont le professeur se souvient. "Il faut se rappeler du contexte de l'époque, avec des pressions de tous bords pour libéraliser l'usage de l'hydroxychloroquine : intellectuels de droite comme de gauche, politiques qui déclaraient avoir été sauvés ou qui relataient que des amis avaient été soignés avec ce traitement..."

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.