Covid-19 : le pass sanitaire finalement obligatoire dans les hôpitaux et les Ehpad

Covid-19 : le pass sanitaire finalement obligatoire dans les hôpitaux et les Ehpad
Photo d'illustration.

publié le vendredi 23 juillet 2021 à 09h04

Avec une nouvelle délibération, le gouvernement a finalement réussi à revenir au texte initial rendant obligatoire le pass sanitaire pour les visiteurs des Ehpad et hôpitaux et pour les patients, sauf en cas d'urgence. 

Coup de théâtre au petit matin vendredi 23 juillet sur le pass sanitaire à l'hôpital et en Ehpad. Contre l'avis du gouvernement, l'Assemblée nationale avait voté jeudi contre le recours au pass sanitaire pour les patients non urgents ou les visiteurs dans les établissements de santé et maisons de retraite.

Les députés avaient soutenu par 70 voix contre 67 des amendements LFI et LR. Le projet de loi proposait le pass sanitaire pour les seuls soins programmés ou les visiteurs, mais pas pour les soins urgents.




Malgré l'avis de la majorité présidentiel, l'ensemble des oppositions a ainsi pu inverser la tendance. La députée LFI Caroline Fiat, aide-soignante de profession, a notamment évoqué les "derniers moments" des patients et la difficulté de demander aux familles des pass sanitaires (test Covid négatif, attestation de vaccination ou certificat de rétablissement) pour venir à leur chevet. "On saura protéger les patients", a-t-elle assuré.



Mais, revirement en fin de séance. A l'occasion d'une seconde délibération, le gouvernement a finalement obtenu un retour à la version initiale du projet de loi. "Il a eu gain de cause, malgré les protestations des oppositions, qui ont dénoncé la méthode", écrit La Chaîne parlementaire sur son site. Il ne sera donc pas possible de rendre visite à un proche à l'hôpital ou en Ehpad sans présenter un pass sanitaire. Et sauf urgence, les malades ne pourront se présenter à l'hôpital sans pass, pour des soins ou une opération programmés. 


 Les oppositions dénonçaient pourtant une atteinte aux libertés. "Il est nécessaire de préserver le droit aux soins quelles que soient les conditions sanitaires et quel que soit le statut vaccinal du patient", avait abondé le LR Philippe Benassaya. "A condition de respecter les gestes barrières", ce député des Yvelines a aussi souligné la "nécessité de préserver le droit de visite" des familles, particulièrement pour "voir une dernière fois un proche mourant".





Le projet de loi est en route pour le Sénat. Le gouvernement espère toujours une adoption définitive d'ici la fin du week-end. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.