Covid-19 : le maire de Dunkerque demande une "dernière chance" avant un reconfinement

Covid-19 : le maire de Dunkerque demande une "dernière chance" avant un reconfinement
(illustration)

, publié le mardi 23 février 2021 à 14h34

Jean Castex a annoncé que "des mesures supplémentaires de freinage" de l'épidémie vont être mises en place à Dunkerque.

Le maire de Dunkerque -agglomération touchée par une flambée de cas de Covid-19-, Patrice Vergriete, a demandé au gouvernement une "dernière chance" avant un confinement local, promettant une "immense campagne de prévention" pour imposer le "zéro rassemblement".

Cette proposition de mesures a été convenue par les 22 élus de la Communauté urbaine de Dunkerque lors d'une visioconférence, et soumise au ministre de la Santé, Olivier Véran, qui tranchera d'ici mercredi, jour où il est aussi attendu à Dunkerque, a précisé le maire DVG dans un point de presse. Si le gouvernement décidait finalement d'imposer un reconfinement "nous ne nous y opposerons pas", mais "nous voulons donner une dernière chance à la population de ne pas être confinée", a déclaré le maire. 

"Des mesures supplémentaires de freinage" de l'épidémie vont être mises en place à Dunkerque à l'issue d'une concertation avec les élus, avait annoncé plus tôt Matignon après un entretien dans la matinée entre Jean Castex et le maire, alors que le taux d'incidence s'est envolé à 901 cas pour 100.000 habitants dans l'agglomération. 


L'axe de la riposte doit être, selon Patrice Vergriete, une "immense campagne de prévention autour du slogan 'zéro rassemblement, zéro regroupement' jusqu'au 15 mars" , un message lancé tant aux entrepreneurs, pour le respect maximal du télétravail, qu'aux familles pour éviter toutes retrouvailles et le regroupement des enfants et jeunes. 

Les élus de la CUD proposent également la poursuite de la campagne de dépistage exceptionnelle qui avait été lancée jeudi, puis prolongée jusqu'à mardi, face à l'envolée des cas et à la progression du variant anglais -représentant plus de 70% des contaminations dans certains laboratoires la semaine dernière selon l'Agence régionale de santé-.  Ils demandent également une "hausse des vaccinations", et le port du masque obligatoire partout" avec une généralisation de la mesure à toutes les communes. 

"Le plus grave est la saturation des hôpitaux", alors que l'hôpital de Dunkerque a procédé à 57 transferts en février vers des établissements régionaux, a souligné le maire, lançant un appel à la "responsabilité" de ses administrés. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.