Covid-19 : le gouvernement vise les 400.000 vaccinations à la fin de le semaine

Covid-19 : le gouvernement vise les 400.000 vaccinations à la fin de le semaine
(illustration)

, publié le mardi 12 janvier 2021 à 15h24

Le gouvernement compte avoir reçu 2,6 millions de doses d'ici la fin du mois de janvier et a ouvert la vaccination à une frange plus large de la population.

Toujours englué dans la polémique sur la lenteur de la vaccination en France, le gouvernement a décidé d'accélérer la cadence, et espère désormais atteindre les 400.000 personnes vaccinées contre le Covid-19 à la fin de la semaine, a indiqué mardi 12 janvier la ministre déléguée chargée de l'Autonomie, Brigitte Bourguignon.

Après de vives critiques sur la lenteur du démarrage de la campagne vaccinale, le ministère de la Santé a annoncé lundi soir que plus de 138.000 personnes en France étaient vaccinées au 11 janvier. Sur ce total, on compte 27.761 personnes âgées résidant en maisons de retraite (sur une cible d'environ un million de personnes), les autres étant des professionnels de santé, selon des chiffres communiqués mardi par le cabinet de la ministre.

"Nous allons continuer sur cette ligne-là pour atteindre peut-être même 400.000 en fin de semaine, c'est l'objectif", a déclaré Brigitte Bourguignon, interrogée sur Public Sénat.

Le gouvernement, qui compte avoir reçu 2,6 millions de doses d'ici la fin du mois, a modifié sa stratégie en ouvrant la vaccination à tous les professionnels de santé de plus de 50 ans ou fragiles, ainsi qu'aux aides à domicile et aux pompiers. "Cela a eu pour effet de booster les chiffres depuis quelques jours", a-t-elle précisé. Selon elle, les centres de vaccination qui s'ouvrent actuellement sur le territoire "vont se multiplier : il y en a 200 pour l'instant, il y en aura 350 en fin de semaine, et 600 à la fin du mois".


"Théoriquement, on s'était fixé de vacciner le million de résidents d'Ehpad (et de résidences services et résidences autonomie, ndlr) pour le mois de janvier. Il faut booster", a poursuivi la ministre. Elle a fixé "l'objectif que fin janvier tous les résidents d'Ehpad qui le souhaitent puissent être vaccinés".

"Au lieu de critiquer (la campagne vaccinale), on devrait plutôt consacrer son temps à essayer de sensibiliser ceux qui sont encore sceptiques, notamment les personnels soignants", a-t-elle encore dit. Selon la ministre, seuls "20% de personnels acceptent la vaccination" dans les Ehpad, un chiffre "qui n'est pas suffisant". "Dans d'autres secteurs, comme le milieu hospitalier, c'est plus largement accepté", a-t-elle souligné.

Ainsi, elle n'a pas exclu qu'une "campagne nationale de sensibilisation à la vaccination" soit lancée prochainement.

Le Synerpa, syndicat représentant les principales maisons de retraite privées, a justement appelé mardi les pouvoirs publics à "plus de communication, de publicité, de pédagogie" autour de la vaccination. Les Ehpad ont également besoin de "davantage de visibilité", notamment sur la possibilité pour un établissement d'obtenir de nouvelles doses après une première salve de vaccinations, et sur le délai à respecter entre les deux injections par patient, a souligné lors d'un point presse Florence Arnaiz-Maumé, la déléguée générale du Synerpa.

Les établissements privés souhaiteraient par ailleurs être autorisés à vacciner, en même temps que les résidents, "tout l'écosystème" des Ehpad, à savoir les salariés, les familles, et les intervenants extérieurs : "On met en place tout un système avec des médecins et des infirmières pour faire 40 injections en trois jours, alors qu'on pourrait en faire 100, c'est vraiment dommage !", a souligné Mme Arnaiz-Maumé. Car contrairement aux inquiétudes souvent relayées -y compris par la ministre-, les salariés des Ehpad sont "motivés et assez demandeurs" pour se faire vacciner, a-t-elle assuré, sans citer de chiffres.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.