Covid-19 : le gouvernement veut prolonger la règle des trois jours de télétravail minimum par semaine

Covid-19 : le gouvernement veut prolonger la règle des trois jours de télétravail minimum par semaine©Chris DELMAS / AFP

publié le mercredi 19 janvier 2022 à 19h15

"La situation sanitaire, même si elle semble s'acheminer vers un plateau, ne paraît pas à date permettre une levée ou un relâchement immédiat des mesures en matière de télétravail", a expliqué le ministère du Travail.

Le télétravail devrait rester la norme jusqu'en février, pour les salariés qui occupent un poste le permettant. La ministre du Travail Élisabeth Borne a annoncé mercredi 19 janvier aux partenaires sociaux que le gouvernement envisageait de prolonger "pour encore deux semaines" la règle prévoyant trois jours minimum de télétravail par semaine face au Covid-19.

Élisabeth Borne a expliqué aux organisations patronales et syndicales que "la situation sanitaire, même si elle semble s'acheminer vers un plateau, ne paraît pas à date permettre une levée ou un relâchement immédiat des mesures en matière de télétravail", a indiqué son ministère. Ces mesures doivent être confirmées jeudi, à l'issue d'un conseil de défense sanitaire.



Depuis le 3 janvier, le protocole sanitaire en entreprise prévoit que les employeurs fixent "un nombre minimal de trois jours de télétravail par semaine, pour les postes qui le permettent". Cette règle avait initialement été mise en place pour trois semaines, soit une fin prévue le dimanche 23 janvier.

Lors de la réunion avec les partenaires sociaux, la ministre a dit espérer qu'il s'agirait d'un "dernier coup de collier" et que les indicateurs sanitaires permettraient ensuite de "rebasculer sur une recommandation (et non plus une obligation), avec une cible de deux à trois jours de télétravail par semaine", a indiqué le ministère. Avant les mesures renforcées de début janvier, le protocole prévoyait une simple "cible" de deux à trois jours par semaine. 

Malgré les consignes gouvernementales de début janvier, le télétravail n'a pas progressé de façon notable, selon un sondage Harris interactive pour le ministère du Travail publié la semaine dernière. Au cours de la semaine du 3 au 9 janvier, parmi les actifs pouvant télétravailler facilement, 60% avaient ainsi télétravaillé au moins partiellement (58% mi-décembre), les chiffres progressant davantage en Île-de-France (passant de 62% à 69%).

Le gouvernement a depuis prévu des sanctions pour les entreprises qui ne jouent pas le jeu, avec le projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal adopté dimanche par le Parlement. Le texte prévoit la possibilité d'amendes administratives pour les entreprises ne respectant pas les consignes sanitaires, notamment en matière de télétravail. Ces amendes pourront aller jusqu'à 500 euros par salarié, dans la limite de 50.000 euros.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.