ALERTE INFO
20:26 Euro : Karim Benzema rappelé en Equipe de France

Covid-19 : le gouvernement met les dernières touches à son plan de réouverture du pays

Covid-19 : le gouvernement met les dernières touches à son plan de réouverture du pays
Olivier Véran, Jean-Michel Blanquer et Jean Castex à Paris, le 31 mars 2021.

publié le jeudi 22 avril 2021 à 13h49

L'exécutif s'appuie sur le fait que les restrictions depuis début avril semblent commencer à porter leurs fruits, avec un début de baisse, très progressive, des contaminations.

Alors que les chiffres peinent à redescendre et que les professionnels de santé continue de partager leurs inquiétudes sur la situation dans les hôpitaux, l'exécutif ne varie pas et continue de préparer la levée des restrictions à partir du mois de mai. Au programme des discussions : protocole sanitaire dans les écoles, fin des limites de déplacements, réouverture de commerces et lieux de culture...

À 18h, le Premier ministre Jean Castex renouera avec l'habitude de la conférence de presse pour préciser les sujets de la rentrée scolaire lundi, de la vaccination et des frontières.

Il sera accompagné des ministres de l'Éducation Jean-Michel Blanquer, de la Santé Olivier Véran et de l'Intérieur Gérald Darmanin, avant des annonces de réouverture qui seront faites par Emmanuel Macron dans les jours à venir. Le président était d'ailleurs jeudi en fin de matinée à l'hôpital Foch de Suresnes (Hauts-de-Seine) à la rencontre de soignants et patients souffrant de symptômes persistants de la maladie.

L'exécutif s'appuie sur le fait que les restrictions depuis début avril semblent commencer à porter leurs fruits, avec un début de baisse, très progressive, des contaminations. "Nous pourrions être au pic ou proches de l'être", a souligné le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal mercredi. Une levée des restrictions progressive, "c'est raisonné et c'est raisonnable", a plaidé la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie Olivia Grégoire jeudi sur Sud Radio, en soulignant qu'"il est important de donner des perspectives" aux Français.

Dans l'immédiat, le gouvernement va s'atteler à la réouverture des crèches et des écoles le 26 avril. Collégiens et lycéens reprennent aussi les cours, mais à distance pour une semaine. Le protocole sanitaire devrait y rester identique à ce qu'il était avant les vacances de printemps, avec la fermeture d'une classe dès le premier cas de Covid constaté. Il sera doublé d'une vaste campagne de tests salivaires, a indiqué une source au sein de l'exécutif à l'AFP mercredi.


Puis ce sera, sauf surprise, la fin de la limite des 10 km le 2 mai au soir, la réouverture le 3 mai des collèges et lycées -où le conseil scientifique recommande le déploiement des autotests- et une réouverture des terrasses et de lieux de culture mi-mai, pour lesquels des jauges pourraient être instaurées, selon une source proche de l'exécutif, en fonction de la situation sanitaire très disparate des territoires.

Cette territorialisation de la levée des restrictions est "tout à fait envisageable" dans la mesure où "la circulation du virus est bien connue par département", a souligné jeudi sur BFMTV l'infectiologue Odile Launay, coordinatrice du centre de vaccinologie Cochin-Pasteur et membre du comité vaccin Covid-19.

Nombre de scientifiques alertent toutefois sur la fragilité de la décrue. "On est sur un plateau très élevé avec une charge pesant sur l'hôpital qui est importante", a rappelé mercredi Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF) et maire Agir de Fontainebleau.

Le nombre de patients en réanimation, en très légère baisse mercredi, à 5.959 contre 5.984 la veille, reste élevé, tout comme ceux des patients hospitalisés (30.954 contre 31.086 mardi) et des contaminations (34.968 nouveaux cas mercredi contre 43.098 la veille). Quelque 316 personnes sont également mortes du Covid-19 dans les dernières 24 heures, pour un total de 101.910 depuis le début de l'épidémie.

L'exécutif mise en parallèle sur l'accélération de la campagne de vaccination. Plus de 13 millions de Français avaient reçu au moins une dose mercredi soir, selon Santé publique France. Les craintes engendrées par de très rares cas de thromboses après l'administration du vaccin AstraZeneca pèsent toutefois sur la dynamique.

Emmanuel Macron lui-même a reconnu mardi soir lors d'une réunion "vaccins" à l'Elysée qu'il faut "savoir comment on maintient ce rythme", notamment en raison de "difficultés pour convaincre sur l'AstraZeneca". Car "la vaccination de la population française avant l'été, qui va nous permettre de passer un été normal, ne pourra se faire que si tous les vaccins sont utilisés, y compris l'AstraZeneca", souligne Odile Launay.

MG France, premier syndicat chez les médecins généralistes, a, lui, réclamé jeudi "une nouvelle logistique de distribution" des vaccins et dénoncé "des dysfonctionnements persistants", en particulier le "caractère imprévisible" des livraisons et un "manque de cohérence des informations sur les vaccins qui induit le doute chez les patients".

Côté déplacements internationaux, après le Brésil, le Chili, l'Argentine et l'Afrique du Sud, la France a ajouté mercredi l'Inde, qui vient d'enregistrer un record mondial de 315.000 nouveaux cas en une journée, à cette liste de provenances de pays soumis à une quarantaine obligatoire de dix jours.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.