Covid-19 : le Dunkerquois confiné pour trois week-ends supplémentaires

Covid-19 : le Dunkerquois confiné pour trois week-ends supplémentaires
Dunkerque le 27 février 2021.

publié le mardi 09 mars 2021 à 16h22

Cette prolongation du confinement répond à une situation sanitaire "qui demeure particulièrement tendue et justifie le maintien de mesures fortes", a assuré mardi 9 mars la préfecture du Nord. 

Entré en vigueur le 27 février, le confinement le week-end à Dunkerque (Nord) devait initialement durer jusqu'au 7 mars. Mais toujours sous la pression d'une recrudescence de Covid-19 qui peine à refluer, la préfecture  a décidé de le prolonger pour trois week-ends de plus.




Cette prolongation, dans le Dunkerquois, et la Communauté de communes des Hauts de Flandre répond à une situation sanitaire "qui demeure particulièrement tendue et justifie le maintien de mesures fortes", a précisé la préfecture dans un communiqué. 


"Les premiers effets des mesures déployées commencent à se ressentir mais la dégradation de la situation sanitaire reste à l'origine de tensions au Centre hospitalier de Dunkerque", explique la préfecture, en précisant tous les lits de réanimation y étaient occupés, rendant la poursuite des transferts de patients indispensable. Plus de 90 d'entre eux ont été transférés en un mois dont cinq en dehors de la région, indique la préfecture.




Le variant anglais s'est répandu à grande vitesse dans cette zone, et avec 785 cas dans la Communauté urbaine de Dunkerque et 687 dans la Communauté de communes des Hauts de Flandre, ces deux agglomérations se situent en effet bien au-dessus de la moyenne nationale (216,9 pour 100.000 habitants). 

La préfecture salue l'esprit de responsabilité des Dunkerquois "qui ont pris la mesure de la gravité de la situation" et bien respecté les nouvelles mesures imposées, avec seulement 264 personnes verbalisées au cours des deux premiers week-ends de confinement.



Le prolongement de ces restrictions s'aligne sur le département voisin du Pas-de-Calais confiné les week-ends pour tout le mois de mars, depuis le 6 mars. 

En revanche, en Île-de-France, où tous les départements sont en "surveillance renforcée", le confinement "n'est pas d'actualité" malgré une forte tension à l'hôpital liée au Covid-19 et un nombre de contaminations toujours élevé, a assuré mardi le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, tout en appelant à une "mobilisation maximale" pendant six semaines "cruciales".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.