Covid-19 : le couvre-feu, mesure qui a fait ses preuves en Guyane

Covid-19 : le couvre-feu, mesure qui a fait ses preuves en Guyane
En Guyane, des policiers contrôlent le respect du couvre-feu, le 20 juin 2020.

publié le mercredi 14 octobre 2020 à 08h00

En Guyane, le couvre-feu drastiquement imposé cet été a fait ses preuves, assure mercredi matin sur RTL Gabriel Serville, député de la 1ère circonscription de Guyane. Néanmoins, "ce qui est valable en Guyane ne l'est pas forcément dans les grandes villes en France", a souligné l'élu. 

"L'heure est grave".

Face à la reprise inquiétante de l'épidémie de Covid-19, Emmanuel Macron va s'exprimer mercredi soir 14 octobre pour rappeler les Français à l'ordre avant d'annoncer de nouvelles mesures contraignantes. Parmi les hypothèses qui circulent, la mise en place de couvre-feux à partir de 20H00 ou 21H00 dans les zones les plus frappées par la virus.



En Allemagne, plusieurs grandes villes, dont Berlin, Francfort et Cologne, ont imposé des restrictions nocturnes aux bars et aux restaurants ce week-end. A Berlin, le couvre-feu concerne tous les magasins sauf les pharmacies et stations-service (la vente d'alcool étant interdite dans les stations-service). Cette mesure a également été mise en œuvre en Guyane dès le mois de mars. Elle a été renforcée en juin et juillet face à une situation sanitaire inquiétante avec une interdiction de sortir dans certaines communes de 17h à 5h du matin.Le week-end, chacun devait rester chez soi à partir de 13 heures le samedi.

A l'époque, le taux d'incidence était de 462 cas pour 100.000 personnes, un chiffre pas très éloigné de celui actuellement en vigueur à Paris. Trois semaines après la mise en place du couvre-feu, le nombre de cas baissait drastiquement. Depuis, le coivre-feu a été largement allégé et "la Guyane va nettement mieux", assure mercredi matin sur RTL Gabriel Serville, député de la 1ère circonscription de Guyane, qui souligne néanmoins que ces chiffres sont le résultat de plusieurs mesures comme la fermeture des frontières et une campagne de sensibilisation efficace.

Contrairement à l'Allemagne, il est impossible d'interdire les rassemblements privés en France, cela ne serait pas constitutionnel. Un couvre-feu servirait ainsi essentiellement à limiter les événements en famille et entre amis, comme cela a été le cas en Guyane. Cela a aussi permis d'éviter les rassemblements extérieurs et la consommation d'alcool, pas tout le temps compatible avec les gestes barrières, souligne mercredi matin l'élu guyanais. Grâce au couvre-feu, la circulation du virus a diminué d'un tiers assure l'Agence régionale de santé.  La mesure a par ailleurs permis de limiter le nombre d'accidents de la circulation, afin de désengorger les urgences des hôpitaux.




Gabriel Serville soutient que le couvre-feu "a été globalement respecté" mais cela "ne veut pas dire qu'il a été accueilli favorablement par la population". Il précise par ailleurs que "ce qui est valable en Guyane ne l'est pas forcément dans les grandes villes en France". "La Guyane n'a pas vraiment l'habitude de vivre la nuit, ce qui n'est pas le cas des grandes villes comme Paris, Lyon ou Marseille", déclare-t-il.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.