Covid-19 : le couvre-feu à 20h maintenu deux semaines, Jean Castex n'exclut pas de nouvelles mesures

Covid-19 : le couvre-feu à 20h maintenu deux semaines, Jean Castex n'exclut pas de nouvelles mesures
Le Premier ministre Jean Castex le 7 janvier 2021 lors de sa conférence de presse.
A lire aussi

, publié le jeudi 07 janvier 2021 à 19h27

Alors que la situation sanitaire liée au Covid-19 ne s'améliore pas, le Premier ministre a prévenu jeudi que 10 départements français supplémentaires pourraient être concernés prochainement par un couvre-feu à partir de 18 heures.

Si la France s'en sort mieux que ses voisins européens à l'heure actuelle en ce qui concerne l'épidémie de Covid-19, "la situation sanitaire n'est pas revenue à la normale, elle est même devenue plus fragile au cours des dernières semaines" en France, a prévenu jeudi 7 janvier le Premier ministre, Jean Castex, lors d'une conférence de presse commune avec Olivier Véran.




"Il est hors de question de désarmer nos systèmes hospitaliers" et "il n'est pas question que nous baissions la garde dans les semaines à venir", a martelé le chef du gouvernement. "Nous devons être prêts à les renforcer au cas où la situation s'aggraverait dans les prochains jours", car "nous sommes loin des 5000 cas par jour".

Dans ce contexte, "je ne peux exclure que nous ayons à prendre des mesure nationales supplémentaires si nous faisons le constat dans les prochains jours que nous avons besoin", a prévenu Jean Castex. 

Ainsi, alors que la réouverture des restaurants, bars, lieux culturels, salles de sport ou encore stations de ski a été reportée de plusieurs semaines, le Premier ministre a annoncé que le couvre-feu instauré entre 20h et 6h du matin était maintenu pour au moins deux semaines.

Par ailleurs, 10 départements français supplémentaires pourraient être concernés par un couvre-feu à partir de 18 heures, alors que 15 départements de l'Est de la France y sont déjà soumis. Jean Castex a précisé que "les décisions (seront) prises vendredi soir pour rentrer en vigueur dimanche", après des concertations menées par les préfets des territoires concernés.





Un troisième confinement ?

Interrogé sur un éventuel troisième confinement, le Premier ministre a mis en avant les considérations économiques. "Reconfiner, ça veut dire fermer les commerces qui ne vendent pas des produits de première nécessité, je n'ai pas le souvenir d'avoir reçu de chaleureuses félicitations, a-t-il expliqué. Nous avons sollicité les organismes scientifiques pour évaluer un autre outil que l'on appelle le couvre-feu."

La fermeture des écoles n'est par ailleurs pas à l'ordre du jour. "Il faudrait que la situation soit gravissime pour que nous fermions les écoles car nous connaissons les conséquences dramatiques de la fermeture des écoles", a-t-il balayé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.