Covid-19 : le Conseil scientifique recommande d'étendre les nouvelles restrictions à d'autres régions

Covid-19 : le Conseil scientifique recommande d'étendre les nouvelles restrictions à d'autres régions
L'épidémiologiste et membre du Conseil scientifique Arnaud Fontanet le 25 novembre 2020.

publié le mardi 23 mars 2021 à 11h52

L'épidémiologiste et membre du Conseil scientifique Arnaud Fontanet a estimé mardi matin sur BFMTV que les mesures supplémentaires mises en place le week-end dernier dans 16 départements "seraient très pertinentes dans des régions qui se trouvent dans un état encore maîtrisé mais qui dans trois ou quatre semaines seront dans une situation critique".

Pour faire face à la troisième vague de Covid-19, le gouvernement a mis en place le week-end dernier de "nouvelles mesures de freinage" de l'épidémie dans 16 départements, dont tous ceux de l'Île-de-France et des Hauts-de-France, les Alpes-Maritimes, la Seine-Maritime et l'Eure. Un reconfinement qui pourrait s'appliquer dans d'autres départements si la situation sanitaire le justifiait, a prévenu le Premier ministre Jean Castex.

De son côté, l'épidémiologiste et membre du Conseil scientifique Arnaud Fontanet plaide pour une extension de ces mesures par anticipation.



"L'idée générale, selon l'avis du Conseil scientifique, est d'agir dans l'anticipation. Il ne faut pas opposer la santé et l'économie car si on est dans l'anticipation on peut conserver les deux", a-t-il expliqué mardi 22 mars sur BFMTV. "Trois régions sont dans une situation critique, l'Île-de-France, la Provence-Alpes-Côte d'Azur et les Hauts-de-France. Si les gens suivent ces mesures, ça peut marcher. Sinon, ce ne sera pas suffisant", a-t-il prévenu. 

Pour le spécialiste, "ces mesures seraient très pertinentes dans des régions qui se trouvent dans un état encore maîtrisé mais qui dans trois ou quatre semaines seront dans une situation critique". "Le Conseil scientifique, dans son avis, recommande en anticipation d'y tester ces mesures", a insisté Arnaud Fontanet, en faisant valoir que ce serait aussi l'occasion de vérifier leur efficacité et, le cas échéant, de veiller à "les renforcer". Mais "le gouvernement décidera", a-t-il conclu. 

"Le gouvernement sera sans doute amené à prendre d'autres règles, peut-être pour des territoires qui basculeraient en situation difficile et pour continuer à nous adapter", a expliqué de son côté Emmanuel Macron mardi matin lors d'une visite à Valenciennes. 

Quels sont les départements les plus à risques ? Si aucun critère précis n'a été évoqué par le gouvernement, il semble que deux indicateurs se dégagent, souligne BFMTV : le taux d'incidence hebdomadaire, c'est-à-dire le nombre de nouveaux cas enregistrés sur les sept derniers jours, pour 100.000 habitants, le "seuil d'alerte" étant fixé à 250, et la tension hospitalière.  La chaîne d'information pointe donc que les départements du sud de la France, situé près des Alpes-Maritimes déjà reconfinées depuis le 20 mars, ainsi que l'Eure-et-Loir, l'Aube et le Loiret, limitrophe de l'Île-de-France, pourraient subir prochainement de nouvelles mesures restrictives. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.