Covid-19 : le Conseil scientifique pour le maintien des tests gratuits jusqu'à 16 ans

Covid-19 : le Conseil scientifique pour le maintien des tests gratuits jusqu'à 16 ans
Une campagne de tests salivaires a été lancée dans une école primaire de Lavoncourt

publié le samedi 25 septembre 2021 à 16h00

Les tests de dépistage du covid-19 doivent devenir payants à partir de la mi-octobre, sauf s'ils sont prescrits par un médecin. 

Les enfants et les adolescents de moins de 16 ans devraient-ils continuer de bénéficier de la gratuité des tests de dépistage contre le covid-19 ? C'est l'avis émis par le Conseil scientifique dans une note rédigée à la mi-septembre, rapporte Le Parisien. Dans cette note de près de soixante pages, le collège de scientifiques prône dans un premier temps "le renforcement de l'offre de dépistage en milieu scolaire".

"Le dépistage systématique amène à détecter précocement les introductions de virus dans les classes, permettant alors de ne renvoyer chez eux que les enfants détectés positifs, et non tous les élèves de la même classe.

Les bénéfices sont donc à la fois sanitaires (moins de cas) et pédagogiques (moins de jours de classes perdus)", écrit le Conseil scientifique.


Une gratuité "pertinente" pour les 12-16 ans
Parallèlement à ça, "il semble pertinent de favoriser le recours au dépistage des enfants dans les familles. Cela passe par le maintien de la gratuité des tests", poursuivent les scientifiques.

"Le rationnel de la décision, annoncée pour mi-octobre 2021, de mettre fin à la gratuité des tests de dépistage hors prescription s'inscrit dans le contexte de généralisation du passe sanitaire avec pour objectif de constituer une incitation à la vaccination. Il paraît dès lors logique de maintenir cette gratuité pour les enfants de moins de 12 ans n'ayant pas accès à la vaccination et non-soumis au passe sanitaire. Il importe de maintenir - et même de favoriser - un accès simple et gratuit au dépistage, même en l'absence de symptômes, pour cette population non-vaccinée et fréquemment asymptomatique."

Pour ce qui est des 12-16 ans, le Conseil scientifique rappelait dans sa note du 20 août que chez les adolescents, le dépistage pourrait également apporter un bénéfice important pour le contrôle de l'épidémie en contrepartie d'une couverture vaccinale encore partielle.

"La fin de la gratuité du dépistage risque pourtant de freiner leur accès (à certaines activités soumises au pass sanitaire, ndlr), notamment dans les milieux les moins socialement favorisés. Il faut rappeler que les adolescents, au moins jusqu'à 16 ans, ont pour particularité par rapport aux adultes de ne pas décider eux-mêmes d'être vaccinés ou non et dépendent du choix de leurs parents. Ils pourraient, s'ils ne sont pas vaccinés, se trouver en situation de renoncer à certaines activités soumises au passe sanitaire lorsque le dépistage représentera un coût pour la famille. L'absence de responsabilité réelle quant au choix de la vaccination paraît donc justifier de maintenir la gratuité du dépistage dans cette population."

Ainsi, souligne le Conseil scientifique, "cette dérogation pour les 12-16 ans pourrait valoir à titre temporaire jusqu'à ce que 80% des 12-17 ans soient vaccinés sur le territoire hexagonal, tout en perdurant en Outre-Mer jusqu'à ce que le même seuil soit également atteint."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.