Covid-19 : le certificat de rétablissement ne sera plus valable que quatre mois dès le 15 février

Covid-19 : le certificat de rétablissement ne sera plus valable que quatre mois dès le 15 février
Le certificat de rétablissement est l'une des preuves qui permet de disposer d'un "pass vaccinal" valide (illustration)

publié le samedi 29 janvier 2022 à 08h00

Cette évolution dans le protocole sanitaire entrera en vigueur en même temps que les nouvelles règles en matière de rappel vaccinal.

Après l'entrée en vigueur du pass vaccinal, le 24 janvier, une nouvelle échéance se profile déjà dans le calendrier sanitaire de l'exécutif, mardi 15 février, avec une modifications des règles applicables aux majeurs.


A partir de cette date, le certificat de rétablissement, délivré après avoir contracté le Covid-19, sera valable quatre mois et non plus six mois, comme c'est le cas actuellement.

Le certificat de rétablissement est l'une des preuves qui permet de disposer d'un "pass vaccinal" valide. Il prouve qu'une personne a été testé positive au Covid-19, par résultat d'un test RT-PCR ou antigénique. Ce résultat doit dater de plus de 11 jours et donc, à partir du 15 février, de moins de quatre mois.

Un mois pour effectuer son rappel

Le 15 février marque aussi un changement dans les règles en matière de vaccination. La dose de rappel devra ainsi être réalisée dès 3 mois après la fin de son schéma vaccinal initial et dans un délai de 4 mois maximum. La personne aura donc un mois pour réaliser son rappel.



Mardi, Olivier Véran avait prévenu que "neuf millions de Français pourraient perdre leur pass vaccinal le 15 février" s'ils n'effectuaient pas leur dose de rappel d'ici là, précisant que le pass serait maintenu "tant qu'une menace pèsera sur les hôpitaux".

"Il reste encore 9 millions de Français qui pourraient perdre le bénéfice du pass vaccinal au 15 février s'ils n'ont pas fait leur dose de rappel", avait déclaré le ministre de la Santé sur LCI.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.