Covid-19 : la vaccination élargie à tous les majeurs "fragiles" dès ce samedi

Covid-19 : la vaccination élargie à tous les majeurs "fragiles" dès ce samedi
Attente à l'entrée du stade Vélodrome de Marseille, transformé en centre de vaccination contre le Covid-19.

publié le samedi 01 mai 2021 à 08h05

La vaccination sera ouverte à toutes les personnes de plus de 50 ans à partir du 15 mai et à tous les adultes à partir du 15 juin

Dès ce samedi 1er mai, la vaccination contre le Covid-19 est élargie "à tous les Français majeurs 'fragiles'", parmi lesquels les personnes obèses et celles qui souffrent d'hypertension, de diabète, d'insuffisance rénale ou cardiaque. "Au total, nous élargissons la vaccination à quelque 4 millions de Français fragiles", a précisé vendredi le ministre de la Santé Olivier Véran.



Le président Emmanuel Macron avait annoncé jeudi dans la presse régionale l'ouverture de la vaccination à toutes les personnes obèses de plus de 18 ans, évoquant le chiffre de 2,3 millions de Français concernés. "Il a parlé de l'obésité, car l'obésité est la première maladie chronique, ou le premier facteur de risque, en dehors de l'âge, qui expose aux formes graves" du Covid, a détaillé Olivier Véran sur franceinfo. "Mais nous ouvrons évidemment la vaccination également aux gens qui présentent des comorbidités comme de l'hypertension, du diabète, de l'insuffisance rénale ou cardiaque", a ajouté le ministre.

Jusqu'à présent, les adultes de moins de 50 ans n'étaient éligibles à la vaccination que s'ils présentaient un "très haut risque de forme grave de Covid-19", comme les personnes atteintes de cancer sous traitement.

Ensuite, entre 50 et 54 ans, il fallait être atteint d'un certain nombre d'autres maladies qui font l'objet d'une liste précise, comprenant notamment les pathologies cardiovasculaires, l'"hypertension compliquée" (et non l'hypertension courante, très répandue), l'obésité (indice de masse corporelle supérieur à 30) ou les antécédents d'AVC.

Désormais, tous les majeurs atteints d'une pathologie de cette liste pourront désormais se faire vacciner, sans distinction d'âge. Aucune "prescription médicale" ne sera demandée, a indiqué le ministère dans un communiqué en fin d'après-midi. "Sur déclaration de leur(s) comorbidité(s), (ces majeurs) pourront être vaccinés avec les vaccins Pfizer-BioNTech ou Moderna". Si certains pourraient donc tenter d'être vaccinés sans être réellement atteints de ces pathologies, "on fait confiance aux gens", a assuré le ministère de la Santé, en rappelant que ce mécanisme était déjà en vigueur pour les plus de 50 ans concernés.

Commentant les appels à élargir l'accès aux vaccins à tous les Français, même jeunes et sans comorbidité, Olivier Véran a implicitement appelé à la patience. "Ce que je veux, c'est qu'une personne de 75 ans qui n'a pas encore trouvé son rendez-vous puisse se faire vacciner, y compris (en dehors) de sa commune, avant son petit-fils de 20 ans", a insisté le ministre, appelant à une "solidarité territoriale" en matière vaccinale.

"J'entends l'envie de vaccination, je l'accompagne, et je souhaite qu'elle dure". En juin, juillet, août, "nous aurons besoin qu'il y ait beaucoup de Français qui souhaitent se faire vacciner, quand bien même l'épidémie semblerait derrière nous", a-t-il commenté. "Nous accélérons au maximum de ce que nous pouvons, en fonction des doses qui nous sont livrées", a-t-il assuré. Au total, au niveau national, plus de 15,5 millions de personnes ont d'ores et déjà reçu une première injection (près de 30% de la population majeure), dont 6,4 millions ont été complètement vaccinées (9,6% de la population totale, 12,3% de la population majeure).

Emmanuel Macron a annoncé vendredi dans la journée que tous les adultes en France pourront se faire vacciner à partir du 15 juin. Les plus de 50 ans sans maladie particulière auront moins longtemps à attendre : pour eux, la vaccination sera ouverte dès le 15 mai, a ajouté le chef de l'Etat.

Le gouvernement a aussi annoncé que tous les plus de 18 ans pouvaient désormais se faire vacciner dans certains territoires d'Outremer (dont la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane) et même à partir de 16 ans à Mayotte, département le plus jeune de France.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.