Covid-19 : la vaccination des enfants ne se fera "pas tout de suite", estime Olivier Véran

Covid-19 : la vaccination des enfants ne se fera "pas tout de suite", estime Olivier Véran
Une adolescente se fait vacciner aux Etats-Unis.

publié le mardi 18 mai 2021 à 08h25

"Il reste encore un certain nombre de dizaines de millions de Français (adultes) à vacciner" au préalable, a expliqué le ministre de la Santé.

Si la campagne de vaccination s'accélère pour les adultes, les enfants, eux, vont devoir attendre encore un peu. La vaccination des moins de 18 ans contre le Covid-19, "c'est pas tout de suite, mais c'est peut-être", a indiqué lundi 18 mai le ministre de la Santé Olivier Véran sur BFMTV alors que les Etats-Unis ont commencé à vacciner les jeunes de plus de 12 ans. 



"C'est 'pas tout de suite' parce que d'abord nous devons vacciner les adultes et qu'il nous reste encore un certain nombre de dizaines de millions de Français à vacciner", a-t-il détaillé.

"Et ensuite c'est 'peut-être' parce que des autorités sanitaires estiment que ça pourrait être nécessaire, au moins en descendant jusqu'à l'âge de 12 ans", a-t-il expliqué.

"Les premières études des laboratoires sur les vaccins ARN messager, Pfizer, Moderna, montrent que les vaccins sont sûrs et efficaces (pour les mineurs, ndlr). Il nous faut encore des détails, une autorisation de l'agence européenne, une autorisation des autorités sanitaires françaises. Et ensuite nous pourrons l'envisager", a poursuivi Olivier Véran. "Si jamais il y avait un frein ou un stop à un moment donné, je dirai 'on ne vaccine pas' mais sinon, ce ne serait pas la première fois qu'on vaccine des enfants", a ajouté le ministre, tout en précisant qu'il fallait "attendre d'avoir toutes les études".

"Encore une fois, je ne veux pas aller trop vite", a poursuivi le ministre, rappelant que "de toute façon ce n'est pas d'actualité, parce que nous avons des adultes à vacciner en priorité". "Nous l'anticipons bien sûr. Nous nous dotons des vaccins nécessaires (...), mais vous dire à quel endroit et à quelle date des enfants pourraient être vaccinés, si les vaccins étaient efficaces et sûrs, et si les autorités nous le disaient, là j'irais un petit peu trop loin", a expliqué Olivier Véran.

Olivier Véran s'est par ailleurs dit optimiste sur l'effet de la vaccination des plus de 18 ans sur les chiffres d'hospitalisations. "Dans les deux à trois semaines qui viennent, on va libérer des lits en réa (...) Quoi qu'il arrive on va avoir moins de patients en réanimation", a-t-il projeté.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.