Covid-19 : là où il y a le pass, plus de masque

Covid-19 : là où il y a le pass, plus de masque
Image d'illustration

publié le lundi 09 août 2021 à 12h50

Le port du masque ne sera plus obligatoire pour le public dans les lieux où l'entrée est conditionnée au pass sanitaire, sauf si la situation épidémique locale l'exige, selon le décret sur la mise en place du pass sanitaire publilé dimanche au Journal officiel.

Dans les lieux concernés par l'extension du pass sanitaire à compter du 9 août, "le port du masque n'est plus obligatoire pour les personnes bénéficiant du pass sanitaire", peut-on lire sur le site legifrance.gouv.fr. Exception faite dans les transports comme les avions, les cars ou les TGV.

Il est également précisé dans le décret que "l'organisateur, l'exploitant ainsi que le préfet ont la possibilité de rendre (le masque) obligatoire".

Par ailleurs, il est à noter que le personnel travaillant dans ces établissements (bars, restaurants, centres commerciaux...) n'est pas concerné par cette dispense de port du masque.


 "Là où il y a le pass sanitaire" anti-Covid-19, les personnes "pourront enlever le masque", car "ça veut dire qu'on est sûr que toutes les personnes qui rentrent sont vaccinées complètement ou ont un test très récent qui est négatif", avait déclaré Olivier Véran, avant le début de l'examen de la loi au Parlement le 20 juillet dernier.

Bars, restaurants, cinémas, hôpitaux, transports : le pass sanitaire fait son entrée lundi dans la vie quotidienne des Français, pour une semaine de rodage d'abord, malgré la contestation dans la rue.

Tolérance pour la première semaine
Le gouvernement assure que la tolérance sera de mise ces premiers jours d'application du pass, considéré comme une "incitation à la vaccination" et une "préservation de la liberté", selon les mots du ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, avec l'objectif de pouvoir éviter ainsi nouveaux-couvre-feux et confinements.

Déjà en vigueur dans plusieurs pays européens, et en France dans les lieux de culture depuis le 21 juillet, le pass sanitaire prend la forme d'un QR code qui devra être présenté pour aller au restaurant, au cinéma, au musée, au théâtre, et dans les transports longue distance.

Il pourra aussi être exigé sur décision préfectorale dans les commerces de plus de 20.000 m2, mais ne sera pas demandé chez le médecin généraliste. Il le sera en revanche dans les hôpitaux, "mais en aucun cas il ne devra être un frein pour accéder à des soins utiles et urgents", a souligné dimanche le ministre de la Santé Olivier Véran.

Un pass sanitaire valide témoigne d'un schéma vaccinal complet, du rétablissement de la maladie à travers un certificat de test positif d'au moins 11 jours et de moins de 6 mois, ou d'un test négatif datant de "moins de 72 heures".  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.