Covid-19 : la maire de Calais réclame plus de vaccins en contrepartie d'un confinement

Covid-19 : la maire de Calais réclame plus de vaccins en contrepartie d'un confinement
La maire de Calais Natacha Bouchart le 13 août 2020 à Dunkerque.

, publié le jeudi 04 mars 2021 à 09h59

Alors que sa ville devrait être confinée pendant les trois prochains week-end, Natacha Bouchart estime que le département a été "sous-doté" en vaccins anti-Covid et déplore "deux mois de retard". 



Alors que le Premier ministre Jean Castex va tenir une conférence de presse jeudi soir, une source gouvernementale a indiqué mercredi soir à l'AFP que seul le Pas-de-Calais serait confiné le week-end pour faire face à l'épidémie de Covid-19. Paris et le reste de l'Île-de-France, Marseille et les autres départements placés la semaine dernière en "surveillance renforcée" vont y échapper. 

Dans ce département, où les hôpitaux sont saturés, le gouvernement a proposé un confinement pour les trois prochains week-ends, en concertation avec les élus qui réclamaient eux les premiers des mesures fortes. "Nous faisons cet effort pour trois week-ends mais nous voulons notre dû pour les vaccins", a affirmé mercredi à l'AFP la maire Les Républicains de Calais Natacha Bouchart, estimant que le département avait été "sous-doté".

"Nous avons deux mois de retard", a-t-elle insisté jeudi matin sur BFMTV. "Les élus de façon très majoritaire ont considéré que (la situation) pouvait n'arriver qu'à un dispositif de confinement", a-t-elle expliqué. "Nous allons assumer mais pas avec réjouissance pour protéger nos concitoyens et se battre pour que pendant cette période nous puissions vacciner en masse", a-t-elle encore dit. 

Il faut globalement "renforcer la politique de tests et d'isolement et accélérer la vaccination", convient la source gouvernementale, l'une des pistes étant d'autoriser rapidement les pharmaciens à vacciner.

Le maire LR du Touquet Daniel Fasquelle a lui dénoncé mercredi soir sur BFMTV "une rupture d'égalité" et une politique de "deux poids - deux mesures" face au département du Nord voisin ou à l'Île-de-France, en soulignant la colère des commerçants. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.